Campagne nationale contre l’accord UE-Turquie et les hotspots avant l’arrivée de l’hiver en Grèce

Depuis l’entrée en vigueur de l’accord UE-Turquie le 20 mars 2016, des milliers de réfugiés ont été pris au piège dans les îles grecques. Certains d’entre eux connaîtront bientôt leur deuxième hiver sur les îles, attendant l’examen de leurs demandes d’asile ou leur déportation vers la Turquie.

L’hiver dernier, dans le camp européen de Moria à Lesvos, six personnes sont mortes. Personne n’a pris la responsabilité de leur mort. Cet hiver, les personnes à la recherche d’une protection et d’une vie décente seront de nouveau obligées de dormir sur le sol dans de petites tentes et derrière des barbelés. Compte tenu des circonstances, il semble probable que davantage de décès auront lieu.

Les initiatives de base et les petites organisations des îles grecques et du continent ont uni leurs forces, soutenues par des groupes de solidarité internationale réunis pour mener la campagne « Open the Islands – No more dead from cold » demandant à l’Union européenne et au gouvernement grec de mettre un terme à la restriction des déplacements vers les îles et de laisser enfin les gens se mettre en sécurité. Nous proposons ici une traduction de cet appel.

DÉCLARATION CONJOINTE: « OPEN THE ISLANDS – NO MORE DEAD FROM COLD »

Les groupes et organisations de solidarité demandent une action urgente à l’approche de l’hiver pour les réfugiés et migrants en Grèce.

Plus de 80 groupes et organisations de solidarité actifs sur les îles grecques et sur le continent réclament une action urgente de la part des autorités locales et nationales grecques pour empêcher que de nouveaux réfugiés ne meurent dans le froid à l’approche de l’hiver.

Les îles et les villes grecques se sont réveillées le jeudi 12 octobre pour retrouver leurs quartiers recouverts d’affiches avec l’image emblématique du camp Moria à Lesbos, couvert de neige l’hiver dernier, tandis que le collectif a lancé une campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag #opentheislands.

Six personnes qui cherchaient refuge et protection en Europe sont mortes à Moria l’hiver dernier, leur mort étant liée à des conditions de vie hivernales inhumaines. Leurs familles attendent toujours les réponses des autorités sur les raisons pour lesquelles leurs proches sont décédés, et sur les responsables qui ont des comptes à rendre. Le dimanche 8 octobre dernier, une fillette syrienne de cinq ans est morte à Moria. La cause de la mort est encore inconnue.

Le collectif de groupes et d’organisations de solidarité exprime son choc et son indignation face à la situation actuelle dans les îles à l’approche de l’hiver. Environ 5000 personnes vivent actuellement dans le camp de Moria, qui a une capacité d’environ 2000 personnes, et où sont retenus des femmes enceintes, de nombreux enfants, y compris des mineurs non accompagnés et des survivants de tortures et autres traumatismes. Beaucoup vivent maintenant dans des tentes terriblement inadéquates et doivent dormir par terre sur de minces nattes ou couvertures. De même, les autres hotspots grecs – à Samos, Chios, Kos et Leros – sont surpeuplés et laissent 8 000 demandeurs d’asile sans abri. Les hotspots sont actuellement inhabitables et à ce jour un plan clair pour empêcher les tragédies de l’hiver dernier de se répéter n’a pas encore été réalisé.

Un réfugié forcé de rester dans le camp de Moria rapporte les conditions :

“Vivre dans la Moria nous rend tous malades. Le matin, vous vous réveillez dans une tente ou un conteneur à l’étroit entre d’autres personnes. L’odeur est dégoûtante et je déteste ne pas pouvoir me laver correctement. En hiver, il gèle. Tout est trempé. Lorsque vous vous réveillez, vous ne pouvez pas bouger vos membres. Et vous êtes couvert de cendres. L’hiver dernier, nous avons brûlé du papier et du plastique pour rester au chaud. C’est comme si nous n’étions pas des êtres humains.”

Le collectif souligne que la situation actuelle n’est pas causée par le début de l’hiver ou par une augmentation soudaine des arrivées. C’est le résultat direct de l’accord UE-Turquie et des politiques d’asile et d’immigration de l’UE. Ces politiques obligent les gens à rester sur les îles pendant de longues périodes, empêchent les gens d’atteindre l’Europe et empêchent les personnes admissibles à une réinstallation et au regroupement familial de se rendre dans d’autres pays dans un délai raisonnable.

Tout le monde sait que l’hiver arrive. 700 millions d’euros ont été mis à la disposition des autorités grecques pour gérer la situation. En tant que collectif, nous voulons savoir comment et où cet argent est dépensé. Nous demandons aussi expressément que les différents acteurs concernés du gouvernement grec, au niveau national et local, assument et communiquent clairement leurs responsabilités. Ils doivent ensuite être tenus responsables de ce qui arrivera aux réfugiés et aux migrants cet hiver en Grèce. La pratique continue d’esquiver le blâme et la responsabilité pour la violation systématique des droits des réfugiés dans les hotspots grecs est inacceptable et doit cesser. C’est le rôle du premier ministre de veiller à ce que tous les paliers de gouvernement fonctionnent et soient tenus responsables. Nous appelons le Premier ministre Alexis Tsipras à clarifier les responsabilités des différents acteurs tant au niveau local que national et à présenter un plan pour l’hiver.

De même, nous condamnons tous les gouvernements européens qui ont créé l’accord UE-Turquie et qui ont fait pression sur la Grèce pour qu’elle mette ce plan en œuvre, par l’intermédiaire de la Commission européenne et d’autres biais. Cette accord privilégie le maintien de la Forteresse Europe avant toute chose, piétinant les droits humains internationaux. Tous les gouvernements européens partagent la responsabilité des violations des droits de l’homme subies par les réfugiés en Grèce aujourd’hui, pour les décès qui ont déjà eu lieu, pour ceux qui pourraient arriver cet hiver.

C’est avec un grand intérêt que nous avons pris connaissance des différentes déclarations du HCR (Haut commissariat aux réfugiés), des municipalités et du personnel du RIC (Centre de réception et d’identification), sonnant l’alarme sur la situation actuelle dans les îles grecques. Mais sans action, ces déclarations restent vides. Nous avons besoin de solutions et d’actions immédiates de la part de tous les acteurs responsables, y compris le HCR, dont le mandat est de fournir une protection internationale et de rechercher des solutions permanentes aux problèmes rencontrés par les réfugiés.

Camp de Moria – janvier 2017

Camp de Moria – janvier 2017


Nous appelons le Premier ministre Alexis Tsipras à :
  • clarifier les responsabilités des différents acteurs au niveau local et national et présenter un plan pour l’hiver.

Nous appelons le gouvernement grec, au niveau local et national, à :
  • Fermer les hotspots et décongestionner les îles grecques en mettant fin aux restrictions imposées à la liberté de circulation des demandeurs d’asile et en leur assurant un accueil adéquat sur le continent en dehors du régime de détention.
  • Entre-temps, fournir un abri adapté et hivernal aux réfugiés qui séjournent dans des camps à travers la Grèce.
  • Arrêter de renvoyer les demandeurs d’asile vers la Turquie dans le cadre de l’accord UE-Turquie, car ils ne peuvent pas accéder pleinement à leur droit de demander une protection internationale en Turquie. Par conséquent, la Turquie ne peut être considérée comme un «pays tiers sûr» ou un «premier pays d’asile sûr».
  • Examiner toutes les demandes d’asile sur le fond dans le cadre d’un processus d’asile complet et équitable assorti de toutes les garanties procédurales et substantielles.
  • Arrêter la détention arbitraire. Mettre un terme à la pratique actuelle de la détention généralisée des demandeurs d’asile fondée sur la nationalité dans l’intention de les renvoyer en Turquie. Les enfants ne doivent jamais être détenus.
  • Assurer l’accès aux soins médicaux (y compris les soins de santé mentale) et à l’aide juridique pour les demandeurs d’asile.

Nous appelons la Commission européenne à :
  • Réviser les recommandations formulées dans les rapports trimestriels et les plans d’action communs et supprimer les recommandations visant à renforcer les forces de sécurité et les centres de détention pour les personnes cherchant à obtenir une protection dans l’Union européenne.
  • Supprimer les recommandations visant à légaliser la détention des mineurs, comme indiqué dans le rapport de la Commission européenne du 7 mars 2017, étant donné que la détention de mineurs viole les droits des enfants.
  • Supprimer les recommandations visant à limiter le nombre d’étapes de recours et à inclure les demandeurs d’asile vulnérables ainsi que ceux qui ont des liens familiaux dans l’UE dans le cadre de l’accord UE-Turquie.

Nous appelons les États membres de l’Union européenne à :
  • Mettre fin à tous les retours de réfugiés et de demandeurs d’asile en Grèce en provenance d’autres États européens en vertu du règlement UE 604/2013 (Dublin III), en raison des conditions inhumaines en Grèce.
  • Augmenter le nombre de places de réinstallation disponibles en permettant l’accès au régime aux personnes arrivées après la conclusion de l’accord UE-Turquie et répondre rapidement aux demandes de réinstallation afin de garantir que les conditions minimales d’accueil pour préserver la dignité humaine soient respectées, comme requis par la Directive UE 2013/33 / UE.
  • Accélérer la réunification de Dublin III des familles, dont beaucoup ont été séparés de force par la guerre et la persécution et attendent des années pour être réunies.
  • Annuler l’accord inhumain entre l’UE et la Turquie!

Le site de la campagne : opentheislands.wordpress.com

This entry was posted in General and tagged , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.