Incendie au camp de Moria, Grèce

Le feu à Lesbos a détruit mercredi 9 septembre la totalité du camp de Moria, 13.000 personnes sont en train de fuir les flammes. Ça fait longtemps qu’elles auraient dû être évacuées, mais la Grèce et l’Europe les ont condamné à souffrir dans cette prison à ciel ouvert, y compris durant la pandémie. Ouvrez les portes du camp de Moria et laissez-les
rejoindre les villes solidaires d’Europe !

https://legalcentrelesvos.org/2020/09/09/fire-destroys-much-of-moria-camp-following-four-years-european-tolerance-of-fatal-risks-to-migrants/

Centre juridique de Lesbos

L’INCENDIE DÉTRUIT UNE GRANDE PARTIE DU CAMP DE MORIA, APRÈS QUATRE ANS DE TOLÉRANCE EUROPÉENNE DE RISQUES MORTELS POUR LES MIGRANTS
Dernières nouvelles
9 septembre 2020

Aux petites heures de ce matin, un grand incendie s’est déclaré dans le camp de réfugiés de Moria, qui a détruit une grande partie du camp et a provoqué le déplacement d’une grande partie des quelque 13 000 résidents.

Cela survient une semaine après que la première personne ait été testée positive au COVID-19 dans le camp, ce qui a été immédiatement suivi par le lancement officiel par le gouvernement des travaux visant à transformer le camp de réfugiés de Moria en un centre fermé contrôlé. Dans les jours qui ont suivi, au moins 30 autres personnes ont été testées positives à COVID-19 – dans un camp qui est actuellement à quatre fois sa capacité déclarée, où les mesures préventives de base sont une impossibilité pratique et où il n’y avait pas de clinique d’isolement COVID-19 fonctionnelle.

La déshumanisation des migrants à la frontière européenne et l’indifférence apparente à l’égard de l’impact de cette situation prolongée et insoutenable sur la population locale ont eu à plusieurs reprises des conséquences dévastatrices. Les migrants ont été constamment confinés dans des conditions de surpopulation, d’insécurité et fondamentalement inhumaines, où les incendies – souvent mortels – sont monnaie courante. Ce n’était pas le premier incendie dans le camp de Moria ; ce n’était même pas le premier incendie dans le camp cette année. De tels risques mortels – et la perte de vies de migrants – sont au contraire tolérés dans le cadre du régime frontalier européen.

Suite à la quasi destruction du camp de Moria, le gouvernement grec a placé ce matin l’île de Lesvos en état d’urgence pour une durée de quatre mois. La police et l’armée sont dans les rues autour du camp de Moria depuis que le feu a éclaté, et trois brigades de police anti-émeute (connues sous le nom d’Unités pour le rétablissement de l’ordre) ont été envoyées par avion d’Athènes ce matin. À notre connaissance, aucune capacité médicale ou aide humanitaire supplémentaire n’a été mobilisée ou fournie. L’envoi immédiat des forces de sécurité par le gouvernement, avant ou sans aide humanitaire, poursuit sa politique consistant à considérer les migrants comme une question d’ordre public – et à donner la priorité à leur sécurisation plutôt qu’à la fourniture d’une aide urgente.

Jusqu’à présent, la principale priorité des autorités grecquessemble être d’empêcher l’accès des migrants à Mytiline : un barrage de police a été mis en place à côté du camp de Kara Tepe aux petites heures de ce matin, pour empêcher les migrants qui avaient fui les flammes d’atteindre la ville, et il y reste jusqu’à présent. Les unités de police ont également bloqué la principale route d’accès au camp de Moria. Les personnes qui vivaient dans le camp sont dispersées sur les routes autour du camp de Moria, dans les forêts environnantes et sur le parking d’un supermarché voisin. D’après ce que les migrants nous ont dit, il n’y a pas eu de provisions de l’État – que ce soit pour les produits de première nécessité comme la nourriture ou l’eau, ou d’autres nécessités comme les installations d’hygiène – dans ces endroits.

Il n’y a jamais eu de plan d’évacuation pour les résidents du camp de Moria, et lorsque l’incendie s’est déclaré la nuit dernière, les gens ont été laissés à eux-mêmes – y compris ceux qui avaient été détenus dans le centre de détention avant renvoi à l’intérieur du camp de Moria (PRO.KE.KA.). Certaines des personnes vivant dans les sections pour personnes vulnérables (y compris les enfants non accompagnés et les femmes seules) ont été réveillées par la police, mais n’ont reçu aucune instruction sur l’endroit où elles pouvaient ou devaient aller. À l’heure actuelle, il subsiste un profond manque d’informations concernant la sauvegarde ou la protection de ces groupes. Lorsque nous avons parlé avec les personnes vulnérables soutenues par le Centre juridique de Lesvos aux premières heures de la matinée,
elles étaient dispersées dans les forêts et les routes entourant le camp, sans aucune aide de l’État.

Il n’y a toujours pas de confirmation officielle de victimes, ni même d’hospitalisation.

Ceux qui sont retournés au camp de Moria ce matin ont envoyé des photos du camp détruit, y compris les restes de leurs tentes et abris. Les résidents ont souligné que les nombreuses installations – y compris les toilettes et les espaces sanitaires – ont été brûlées. Les dispositions déjà insuffisantes pour prévenir ou ralentir la propagation du COVID-19 parmi la population du camp ont maintenant été détruites, et étant donné que plus de trente résidents du camp ont été testés positifs pour le virus ces derniers jours, l’échec de la mise en œuvre d’une réponse rapide et axée sur la santé pour les résidents déplacés augmentera sans aucun doute le nombre de cas – et submergera probablement le système de santé publique, qui est à la limite de ses capacités.

“Cet incendie est une manifestation viscérale des politiques européennes, qui ont toléré pendant des années l’enfermement des migrants dans des conditions dangereuses, surpeuplées et précaires”, a déclaré Amelia Cooper, du Centre juridique de Lesvos. “Les incidents mortels répétés – dont la mort d’un enfant de sept ans dans un incendie au camp de Moria, il y a tout juste six mois – n’ont pas suffi à déclencher l’évacuation du camp de réfugiés de Moria ; pas plus que le déclenchement d’une pandémie mondiale, ni la détection de cas positifs, ni l’instrumentalisation de ces faits par le gouvernement grec pour imposer une détention massive aux résidents du camp. Les résidents du camp de Moria, et les migrants dans les hotspots à travers l’Europe, sont dans des situations de vulnérabilité fabriquées et sanctionnées par l’État. Cet incendie n’était pas un accident, il était inévitable”.

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.