Le mythe des expulsions volontaires – « Retour volontaire et réintégration assistée » depuis la Grèce

Article de Muriel Schweizer et Valeria Hänsel, repris et traduit de l’anglais par nos soins à partir du site d’information harekactgreece.

Le nombre de personnes qui acceptent un retour « volontaire » de la Grèce vers leur pays d’origine avec le programme « Retour volontaire et réintégration assistée » de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) est significativement plus élevé que le nombre d’expulsions vers la Turquie depuis la déclaration UE-Turquie. Qu’advient-il des personnes qui s’inscrivent au programme de retour de l’OIM pendant le processus et après le retour dans leur pays d’origine ? Pourquoi les demandeurs d’asile acceptent-ils de quitter l’Europe ? L’observation de plusieurs cas révèle que de nombreux migrants sont confrontés à la détention et à de graves préjudices pendant et après leur participation au programme de « Retour volontaire et réintégration assistée ».

Protestation contre les politiques de retour volontaire assisté de l’OIM à Mytilène, 3 avril 2017.

Retour « volontaire » dans la théorie – sécurité et dignité

En juin 2016, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Grèce a lancé un programme de « retour volontaire et de réintégration assisté » (Assisted Voluntary Return and Reintegration – AVRR), visant à renvoyer les migrants de Grèce dans leur pays d’origine.

L’OIM facilite le retour des demandeurs d’asile d’Europe vers leur pays d’origine, même s’ils sont toujours en cours de procédure d’asile. L’objectif officiel du programme est de « leur donner la possibilité de retourner dans leur pays d’origine avec sécurité et dignité » selon le rapport annuel 2016/17 de l’OIM Grèce.

Le programme semble fonctionner avec succès : depuis son introduction en Grèce en juin 2016 jusqu’à la fin de décembre 2017 : 9.089 personnes ont été renvoyées de Grèce vers leur pays d’origine par le biais du programme de retour volontaire.

Au cours de la même période, « seulement » environ 2 100 personnes ont été expulsées de force vers la Turquie dans le cadre de l’accord UE-Turquie et de l’accord de réadmission gréco-turc. La majorité des rapatriés sont des citoyens pakistanais, suivis des géorgiens, des irakiens, des bangladais et des iraniens.

L’AVRR est fortement soutenu par l’Union Européenne : 75% du programme est financé par le Fonds Asile, Migration et Intégration de l’Union Européenne (AMIF) et 25% par le Ministère Hellénique de l’Intérieur. La Commission européenne pousse fréquemment à étendre les capacités du programme et à fournir des incitations pour renvoyer plus de personnes dans leur pays d’origine sur une base supposément volontaire.

L’AVRR en pratique – Détention et maltraitance

En réalité, le traitement des personnes participant au programme AVRR est loin de la « sécurité et de la dignité » déclarées. À Lesvos, les rapatriés doivent signer un accord avec l’OIM avant leur retour, déchargeant l’organisation de toute responsabilité, indiquant “qu’en cas de blessure ou de décès pendant et / ou après la […] participation au projet de l’OIM, ni l’OIM, ni aucun autre organisme ou gouvernement participant ne peut en aucune manière être tenu responsable.”

Déclaration de retour volontaire, photographiée par un participant du programme de retour de l’OIM sur Lesvos

Il n’est donc pas surprenant que de nombreuses personnes soient réellement exposées à une forte violence après avoir décidé de retourner « volontairement » dans leur pays d’origine.

Dans les îles grecques, la majorité des rapatriés sont immédiatement détenus dans des centres de pré-éloignement dans les « hotspots » après avoir signé l’accord de l’OIM. Certains d’entre eux ont déjà été détenus avant d’accepter de revenir « volontairement ».

Après des semaines ou des mois dans la section de la prison, les soi-disant « bénéficiaires » du programme de l’OIM sont transportés sur le continent par ferry, où ils sont à nouveau détenus dans l’une des six prisons avant leur départ (Amygdaleza, Corinth, Drama Paranesti, Orestiada, Tavros Petrou Ralli ou Xanthi). Là encore, ils doivent attendre des semaines ou des mois pour leurs retours. Dans certains cas, leurs téléphones et leurs effets personnels sont confisqués pendant la période de détention.

En détention, les conditions de vie terribles et la brutalité policière ne font pas exception. La Cour européenne des droits de l’homme a qualifié à plusieurs reprises les conditions de détention dans les prisons grecques de traitements dégradants et, malgré les promesses de réforme, des décès se produisent encore dans les prisons d’immigration, par exemple en raison de traitements médicaux refusés.

Le centre de détention avant expulsion du camp de Moria, Lesvos

La cruauté de la pratique de l’AVRR devient évidente dans les expériences individuelles des migrants qui ont participé au programme :

Abdul (nom changé) a été détenu pendant plus de trois mois dans la section de pré-éloignement du camp de Moria sur l’île de Lesvos – seulement basé sur sa nationalité. En tant que citoyen algérien et donc membre d’une nationalité avec un faible taux de reconnaissance pour la protection internationale, il doit suivre une procédure accélérée spéciale avec des chances minimales d’être reconnu. Pour finalement échapper à la situation désespérée dans le centre de détention, Abdul a décidé de participer au programme AVRR. Quelques jours après son inscription au « retour volontaire », la police a fait une descente dans la section de détention. Bien qu’Abdul n’ait commis aucun crime ni enfreint aucune règle, son conteneur a été perquisitionné, il a été sévèrement battu et privé d’accès à une douche, n’a pas été autorisé à changer de vêtements pendant trois jours et son téléphone a été confisqué.

Gabriel (nom changé) avait été bloqué sur l’île de Lesbos pendant six mois. Confronté aux conditions terribles de Lesvos, vivant dans une tente d’été fragile durant l’hiver 2016/17, et affecté par la violence continue dans le camp, il a décidé de retourner « volontairement » dans son pays natal, l’Ethiopie. De retour en Ethiopie, il espérait pouvoir obtenir un visa pour poursuivre ses études d’ingénieur aux Etats-Unis. Pris au piège à Lesvos, il n’a pas pu accéder à l’ambassade américaine située à Athènes.

Quelques semaines après avoir accepté le retour volontaire, Gabriel fut soudainement arrêté. Il a rapporté : « La police m’a arrêté moi et un autre groupe d’hommes. Après un moment, ils nous ont attachés ensemble et nous ont mis sur un ferry. Nous étions tous des « retours volontaires », mais ils nous traitaient comme des voleurs. Pendant le voyage, ils ont refusé de nous donner de la nourriture. […] Nous n’avions même pas le droit de nous asseoir seuls sur les toilettes, si quelqu’un devait aller aux toilettes, l’autre gars qui était attaché à lui devait aussi entrer aux toilettes et s’asseoir à côté de lui. »

Après son arrivée à Athènes, Gabriel a été transféré à la prison d’Amygdaleza dans un bus de la police où il est resté deux semaines jusqu’à ce que son avocat appelle l’OIM et qu’il soit transféré dans un camp fermé où Gabriel attendait son vol pour l’Ethiopie. Il a décrit la réalité de la vie à Amygdaleza : « Ceux qui avaient une carte de téléphone appelaient les officiers de l’OIM pour leur demander la procédure, mais la plupart des prisonniers n’avaient rien, il y avait des réfugiés qui attendaient depuis plus de 6 mois mais n’ont reçu aucune réponse de l’OIM. Ils devaient quitter la Grèce dans les deux jours et retourner dans leur pays d’origine avec l’OIM, mais cela leur a pris plus de six mois. Il y avait une grève des repas tous les jours mais personne ne s’en souciait. Il y avait un grand nombre de pakistanais et de bangladais. Aucun d’entre eux n’ont réussi à rentrer chez eux, ils ont finalement appris de la police que l’OIM attendait qu’ils soient assez nombreux pour remplir deux avions. Beaucoup d’entre eux sont devenus fous. »

Le centre de pré-éloignement de Corinthe.

D’autres personnes doivent aussi faire l’expérience que, alors qu’elles sont déjà détenues, elles ne peuvent pas être renvoyées dans leur pays d’origine avec le programme de l’OIM. Elles sont alors coincées dans des limbes dévastateurs, incapables d’avancer et incapables de revenir en arrière.

Adnan (nom changé) du Pakistan a signé pour l’AVRR après quelques mois sur Lesvos. Ses chances d’obtenir le statut de réfugié étaient faibles, ses enfants et sa femme lui manquaient et il avait désespérément besoin de trouver du travail pour rembourser les dettes que sa famille avait contractées pour son voyage en Europe. Après quelques mois d’attente à Lesvos, il a été transféré au centre de pré-éloignement d’Amygdaleza près d’Athènes. Il a été gardé là pendant cinq mois sans être informé de sa procédure ou quand il pourrait retourner au Pakistan. Finalement, il a été renvoyé à Lesvos : l’ambassade de son pays d’origine ne l’avait pas accepté en tant que citoyen et a refusé de lui délivrer un document de voyage.

Après le retour – Une chaîne d’emprisonnement continue

La chaîne de l’emprisonnement et de la violence continue souvent dans les pays d’origine des rapatriés.

Les personnes qui ont été renvoyées au Pakistan signalent qu’elles ont été immédiatement arrêtées à l’aéroport. Elles ont été menacées d’être détenues pendant environ 10 à 20 jours et ensuite condamnées par le tribunal pour deux à trois mois supplémentaires pour avoir quitté illégalement le Pakistan si elles refusaient de payer une amende d’environ 10.000 à 30.000 roupies pakistanaises (environ 70-220 €) ). Lorsque les rapatriés ont été condamnés par un juge, ils doivent payer un montant similaire ou rester en prison. De cette façon, les rapatriés doivent remettre la majeure partie de leur « argent de réintégration » de 500 euros du programme AVRR directement à la police pakistanaise. Voir aussi: Évaluation des accords de migration par l’Université d’Utrecht

Des situations similaires sont créées dans d’autres pays : la famille d’une personne « revenue volontairement » en Iran aurait été contrainte par les autorités à payer plusieurs milliers d’euros de pots-de-vin pour empêcher l’emprisonnement de leur fils.

Pour certaines personnes, participer au programme AVRR peut non seulement conduire à l’emprisonnement mais met en danger leur vie : Gabriel avait fui son pays en tant que militant dans l’opposition politique et membre d’une minorité ethnique persécutée. Avant de renoncer à son droit de demander l’asile et de décider de s’inscrire au programme de l’OIM, il a déclaré : « J’ai décidé de retourner en Ethiopie. Je sais que je pourrais être mis en prison et être torturé, mais je suis dans une prison ici et des gens meurent aussi dans cette prison. » Voir aussi le rapport du Centre juridique Lesbos.

Quand il a finalement été déporté d’Athènes en Ethiopie, sa prédiction est devenue vraie . Il a rapporté : « Après mon arrivée, j’ai passé six heures avec ma famille. Puis deux hommes sont arrivés avec un pick-up. Ils m’ont mis un pistolet sur la tête, m’ont forcé dans une voiture et m’ont emmené dans un endroit souterrain. Ils ont pris mes papiers, m’ont posé des questions interminables, m’ont frappé et m’ont torturé. Je suis resté dans cet endroit pendant deux semaines. » Les tortures l’ont convaincu qu’il serait assassiné mais finalement il a été libéré et a réussi à fuir à nouveau le pays pour sauver sa vie.

Cellule dans le centre de pré-éloignement à Corinthe, en Grèce.

Qu’est-ce qui pousse les gens à accepter un retour « volontaire » dans leur pays d’origine ?

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles le programme AVRR est considéré comme un « succès » et attire un grand nombre de participants – malgré les dures réalités pour les personnes expulsées.

1. La situation générale sur les îles et les procédures d’asile prolongées

Les demandeurs d’asile des îles grecques sont confrontés à des conditions de vie inhumaines dans les hotspots. Ils souffrent du manque de logements adaptés, de nourriture suffisante et d’installations d’hygiène décentes. Sur le continent grec, les conditions sont également précaires dans de nombreux endroits. Ces conditions poussent les demandeurs d’asile à abandonner leur droit à la protection internationale et à retourner dans leur pays d’origine.

La procédure d’asile est longue et fatigante et les chances de succès sont très faibles, en particulier dans le cadre de la procédure dite « de procédure accélérée » mise en œuvre sur les îles grecques depuis la déclaration UE-Turquie. Certains demandeurs d’asile ont été bloqués sur les îles depuis le 18 mars 2016 avec des demandes d’asile en attente. De plus, il existe de sérieux doutes sur la qualité, la transparence et l’équité des décisions du service d’asile grec et du Bureau européen d’appui en matière d’asile. Un grand nombre de demandeurs d’asile sont rejetés malgré la certitude qu’ils seront confrontés à la persécution dans leur pays d’origine .

Si la demande d’un demandeur d’asile est rejetée ou déclarée irrecevable, la personne peut faire appel de la décision négative ou revenir avec le programme AVRR . Dans le cas d’un appel, ils seront très probablement expulsés en Turquie car le taux d’acceptation en appel est inférieur à 1%. Ainsi, dans la plupart des cas, les personnes doivent accepter de signer le soi-disant « retour volontaire » devenant leur seule option pour échapper à la déportation en Turquie ou à une période de détention encore plus longue.

2. Les détenus peuvent raccourcir leur période de détention

Parmi les migrants qui sont détenus, l’AVRR est considéré comme une méthode pour raccourcir leur période de détention. En avril 2017, de nombreuses personnes ont été arrêtées dans une vaste opération de police sur l’île de Lesbos. Toutes celles d’entre elles qui n’avaient pas demandé l’asile à ce moment avaient alors deux choix : soit demander l’asile et rester en prison jusqu’à la décision de la demande – ce qui peut prendre plus d’un an – soit s’inscrire au retour « volontaire » et être libéré. En conséquence, beaucoup de personnes arrêtées ont décidé d’accepter un retour « volontaire ».

Certains détenus dans le centre de pré-éloignement du camp de Moria ont rapporté que le personnel de l’OIM se rendait à plusieurs reprises dans le centre de détention et « offrait » la possibilité à des personnes désespérées de s’inscrire au programme AVRR.

3. C’est le seul moyen d’éviter la détention en Turquie

Même si les migrants ne sont pas contraints de rentrer, l’AVRR est souvent leur seule solution pour éviter la détention dans les centres de renvoi turcs. Les personnes dont les demandes d’asile sont rejetées et qui ne demandent pas d’AVRR seront expulsées vers la Turquie. De retour en Turquie, tous les non-Syriens (et certains Syriens) sont transférés dans des centres de détention fermés où ils peuvent être officiellement maintenus jusqu’à 12 mois. Les conditions de détention sont encore pires qu’en Grèce et de nombreux détenus ont signalé des abus de la part des gardiens de prison. L’accès à un soutien juridique ou autre est très limité. Comme la Turquie a seulement signé la Convention de Genève sur les réfugiés avec une restriction géographique, seul un citoyen européen peut demander l’asile. Les Syriens peuvent au moins bénéficier d’une « protection temporaire », mais ils sont souvent incapables d’accéder à des conditions de vie décentes et sont contraints à des conditions de travail abusives. En théorie, les membres d’autres nationalités peuvent demander une protection internationale auprès du HCR, mais les non-syriens sont plus susceptibles d’être détenus et éventuellement expulsés vers leur pays d’origine : selon la Commission européenne, depuis l’entrée en vigueur de l’accord UE-Turquie, seulement deux des déportés non-syriens ont obtenu le statut de protection en Turquie, 57 personnes attendent toujours la décision, 10 personnes ont été rejetées et 831 ont été expulsées sans pouvoir ou vouloir demander l’asile. Dans plusieurs cas, les détenus sont forcés de signer des documents de retour .

4. Les rapatriés bénéficient de petites incitations financières

Les rapatriés dans le cadre du programme AVRR reçoivent environ 500 à 1.000 € avant leur retour et on leur promet de recevoir une prime de « réintégration » à leur arrivée dans leur pays d’origine. Cependant, dans certains cas, les rapatriés attendent depuis des mois sans recevoir leur aide à la réintégration dans leur pays d’origine et certains doivent dépenser l’argent qu’ils reçoivent en Grèce pour payer des amendes aux autorités locales.

Camp de Moria en novembre 2017.

Conclusion – Retours désespérés

Dans le contexte de la déclaration UE-Turquie et de ses conséquences, l’adhésion à « l’aide au retour volontaire et à la réintégration » est dans la plupart des cas une décision désespérée. Beaucoup de personnes sont littéralement brisées par les conditions de vie insupportables dans les camps de réfugiés en Europe et par une procédure d’asile qui ne respecte pas les normes fondamentales d’équité pour s’inscrire au programme de retour de l’OIM. Malgré les craintes sérieuses de retourner dans leur pays d’origine, les gens s’inscrivent à l’AVRR, ce qui donne une idée des conditions de vie dans les camps de l’UE.

Une fois que les migrants ont signé l’accord, l’OIM et les autres États et organismes participants semblent se considérer comme déchargés de la responsabilité du bien-être des rapatriés. Beaucoup de personnes qui s’inscrivent au programme AVRR n’ont rien à voir avec un retour « sûr et digne ». Avant leur retour, ils sont traités aussi mal que des déportés : transportés menottés, détenus et victimes de violences dans les centres de pré-éloignement. De retour dans leur pays d’origine, de nombreux rapatriés sont de nouveau exposés à la détention, à l’exploitation et à la persécution qu’ils ont fui en quête de sécurité et d’une vie décente en Europe.

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.