Communiqué des camarades grecs sur la situation récente à Lesbos

Nous publions ici la traduction qui nous a été transmise d’un article rédigé par le collectif grec Musaferat concernant la situation à Lesbos cet été. Nous apportons quelques nouvelles complémentaires en bas de page.

L’île de Lesbos est encore le principal point d’arrivée des migrants venant de la côte turque. Le nombre peut être inférieur aux deux années précédentes, mais 3917 personnes sont arrivées à Lesbos en 2017, jusqu’au 21 août. Contrairement à la rhétorique raciste dominante qui parle de «migrants économiques», plus de 60% proviennent des pays déchirés par la guerre au Moyen-Orient et en Afghanistan, dont 1/3 sont des enfants. Au cours du dernier mois, on a observé qu’aucune autre île n’est utilisée comme point d’arrivée, comme Chios et Kos, mais que les réseaux dirigent la grande majorité des migrants vers Lesbos. Cette condition se nourrit de plus en plus intensément dans les contradictions de la communauté locale. Avec une grande partie de l’économie locale, en particulier de la ville de Mytilène, dépendant directement de la mise en œuvre des politiques anti-migration, et une autre partie essayant de souligner cette condition comme point de dévaluation d’autres domaines. Cela conduit à un conflit d’intérêts, où chaque côté use de toute l’influence qu’ils ont pour exercer une pression politique. Mais puisque aucun des deux côtés n’est contradictoire avec l’essence même des politiques anti-migration, la question qui reste est de savoir comment ces dernières seront perpétuées, avec le moindre coût possible.

La situation dans le centre de détention de Moria

Depuis quelque temps, les forces de police locales et importées ont décidé de dissuader les migrants de rester au centre-ville, surtout la nuit, et ont tenté de les évacuer avec un processus d’intimidation. Des patrouilles intensifiées avec des contrôles constants, des arrestations et des charges ont changé l’image du centre-ville de façon dramatique. Les migrants ont été forcés, pour la plupart, à rejoindre le centre de détention de Moria et le camp public de Kara Tepe, pour ne visiter la ville que pour les besoins les plus essentiels.

Après les interventions qui ont eu lieu au printemps, ce qui a augmenté la capacité d’accueil du centre, la plupart des tentes ont été retirées du centre de détention de Moria et les migrants ont été transférés dans d’autres endroits ou ont étés introduits dans les nouveaux conteneurs qui y ont été apportés. Les migrants qui restent dans le centre de détention sont : a) les nouveaux arrivants, b) les personnes sans statut de «vulnérabilité», c) les mineurs non accompagnés qui n’ont pas été transférés dans l’une des maisons pour mineurs et d) les détenus du centre de détention avant transfert (PROKEKA), qui est également situé au centre. Selon leurs plaintes, les conditions de détention sont toujours horribles. La vie au milieu des brutalités policières et arbitraires, alors qu’il y a des plaintes continuelles sur les repas qu’ils donnent, ainsi que pour l’insalubrité du centre, où plus de 3 000 personnes sont forcées d’y vivre.

Parmi les plaintes, comme l’ont révélé les derniers rapports de Human Rights Watch et Médecins Sans Frontières (MSF) qui ont accès à cet endroit, il y a beaucoup de mineurs non accompagnés et d’autres groupes vulnérables, sans aucune protection. De plus, depuis mai 2017, même dans les situations où ils bénéficient du statut de «vulnérabilité» à partir de l’enregistrement, ils sont forcés de rester sur l’île jusqu’à leur première entrevue, au lieu d’être autorisés à aller sur Athènes comme ils l’étaient par le passé.

Centre de détention de Moria

Une autre zone ou l’on note de sérieux problèmes est le service de santé au sein même du centre de détention. Depuis la fin du mois de mai, date de la fin du contrat entre le ministère de la Santé et Médecins du Monde (MDM) jusqu’à ce que le service de santé soit occupé par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (KEELPNO), le contrôle et le suivi de la santé des migrants dans le centre de détention sont entrepris par les ONG ERCI et la Croix-Rouge grecque, avec peu de personnel.

Pire que tout, cependant, le stress des migrants est dû au traitement extrêmement lent de leurs demandes d’asile, ainsi qu’aux décisions négatives qui sont émises en masse. À cela devrait être ajouté le soutien juridique légal déplorable dont la plupart d’entre eux bénéficient. Après la fin du contrat entre une ONG bien connue et le HCR, pour les dispositions prévues, seuls quelques conseillers juridiques restent au centre afin de satisfaire les demandes. Il en résulte que la plupart des migrants ne sont pas suffisamment informés sur leurs droits relatifs aux processus de demande d’asile ou, pire, relatifs à l’attrait des refus, alors qu’ils sont également exposés aux processus punitifs prévus dans le cadre juridique. L’attente à long terme, beaucoup d’entre eux sont sur l’île depuis plus d’un an maintenant, l’incertitude quant à ce qui va suivre et l’épuisement psychologique, physique et financier créent une situation étouffante. Les conditions dans le centre de détention sont tout sauf sûres pour la plupart des migrants. Le centre montre des signes clairs de ghettoïsation, toujours avec les plus faibles pour victimes.

Organisation et résistance des migrants

Dans cette situation, les migrants ont essayé de diverses manières d’organiser et de résister aux conditions qui leur ont été imposées. Les ailes du centre de détention ont été réparties principalement en fonction du lieu d’origine et de la langue parlée, ce qui intensifie le sentiment des micro-communautés en leur sein. Depuis l’hiver, les «leaders communautaires» ont été sélectionnés au sein de presque toutes les communautés, avec le devoir d’agir comme médiateurs entre leurs membres et les autorités. Les communautés ne sont jamais à court de tensions, car les autorités choisissent d’accorder la priorité à l’examen des demandes d’asile des personnes venant de pays avec une plus grande probabilité d’obtenir un statut de protection, en plus des conflits déjà existant entre les différentes ethnies qui créaient des sentiments antagonistes au sein des migrants.

Dans cette réalité, les migrants résistent à la coercition et la répression de l’État. La plupart des manifestations visent les services d’asile et certaines ONG qui jouent le rôle de laquais des autorités. Le blocage des bureaux des services, l’endommagement des équipements et les émeutes à petite échelle sont les manifestations les plus courantes. Les migrants exigent principalement l’amélioration des conditions de vie dans le centre de détention, le traitement rapide des examens des demandes d’asile, l’arrêt des déportations et des retours en Turquie. À leurs demandes, les autorités répondent avec de plus en plus de violence. Le pire épisode de répression de ce genre a eu lieu entre le 17 et le 27 juillet. La réponse des forces de police aux manifestations du 18 juillet était encore plus violente, avec des arrestations aléatoires qui ont entraîné des blessures chez des dizaines de migrants et l’arrestation de 35 migrants qui ont été envoyés au tribunal avec de lourdes charges. Quelques jours plus tard (27/07), les forces de police aidées par des forces supplémentaires arrivées d’Athènes et de Thessalonique sur l’île ont effectué une “opération de balayage” à l’intérieur du centre de détention, avec des intimidations et des arrestations. Tout cela a entraîné la peur de nombreux migrants qui ont fuient le centre de détention, cherchant des des endroits plus sûrs pour dormir, alors que ceux qui devaient rester dans le centre le faisaient sous la menace d’un traitement similaire.

Camp de Moria – Juillet 2017

Au cours du dernier mois, une autre grève de la faim était en cours. Les gens en grève ont commencé le 29 juin, ils sont les frères Harash et Amir Hampay, ainsi que Hussein Kozhin et Bahrooz Arash. Amir Hampay, H. Kozhin et B. Arash ont été détenus dans le centre de pré- transfert de Moria, car leurs demandes d’asile avaient été rejetées pour la deuxième fois également. Bien qu’ils aient fait appel devant le tribunal administratif contre ces verdicts, les autorités les ont maintenues en détention pendant de nombreux mois. En réalité, on avait essayé de déporter Amir Hampay alors que l’examen de son cas était encore en cours. En même temps que la grève de la faim à Moria, Harash Hampay est également en grève de la faim depuis le 30 juin sur la place centrale de Mytilène, par solidarité et pour essayer de percer le voile d’invisibilité, créé par l’isolement à Moria, qui enveloppe la lutte de son camarade. Cependant, sa présence sur un point public l’a exposé au harcèlement constant des autorités locales, ainsi qu’aux menaces des fascistes locaux. Le premier résultat positif a été la décision d’arrêter l’arrestation d’Amir Hampay le 21/07. H. Kozhin et B. Arash ont arrêté leur grève le 01/08, alors que les conséquences sur leur santé devenaient de plus en plus terribles. Les autorités ont conclu que le processus d’arrêt de leur arrestation commencerait bientôt. Cependant, Harash Hampay a décidé de poursuivre la grève, jusqu’à ce qu’ils soient finalement libérés. le mardi 8 août.

Pendant ce temps, le dernier mois et demi a vu la création d’un groupe composé de migrantes et de personnes en solidarité qui concerne les problèmes auxquels sont confrontés les migrantes et LGBTQI. Le groupe a été créé en raison des menaces quotidiennes, des coups et des violations auxquels LGBTQI et les migrantes sont soumises, à la fois dans le centre de détention et dans la ville. Dans des conditions aussi déplaisantes que celles qui résultent des politiques anti-migratoires, les stéréotypes patriarcaux et sexistes se manifestent sous leur forme la plus violente. Les objectifs du groupe sont l’autonomisation de ses membres et d’exiger que le danger de la situation soit reconnu des autorités.

Avec plus de 3 200 personnes mortes en Méditerranée en 2017, et plusieurs milliers piégées dans divers centres de détention dans les frontières européennes et continentales, il est évident que la guerre totale contre les migrants est des plus intenses, même si maintenant vous ne le verrez pas sur l’écran du téléviseur. Le gouvernement grec a déjà annoncé l’aggravation de ses attaques, par la construction de nouveaux types de centres de déportation fermés sur l’île et la répression violente de toute manifestation de migrants et de solidaires.

Musaferat

08/08/2017

Occupation de la place Sappho à Mytilène par des membres de la communauté Afghane – Fin août

Au début du mois, samedi 9 septembre à 6 heures du matin, une nouvelle opération de police a eu lieu au camp de Moria. 350 policiers se sont déployés à l’intérieur du camp afin de procéder à l’arrestation de personnes pour lesquels un avis définitif de rejet de demande d’asile avait été émit. Craignant que des protestations viennent empêcher l’opération, la police a directement procédé à un encerclement massif du camp pour au final intercepter 11 personnes afin de les expulser. A Chios, une opération policière aurait également eu lieu au camp de Souda sur Chios. Vingt-trois personnes auraient été transférées au poste de police et quatre d’entre elles auraient été arrêtés, trois d’entre elles pour posséder des couteaux, l’une pour avoir des cigarettes de contre bande.

Selon le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), la situation la plus critique concernerait actuellement l’île de Samos. Malgré le transfert récent de quelque 640 personnes entre l’île et le continent, plus de 1 900 personnes restent entassées dans une zone conçue pour accueillir 700 personnes au Centre d’accueil et d’identification (RIC) de Vathy. Parmi elles se trouvent plus de 600 enfants ainsi que des femmes enceintes et des personnes souffrant de graves problèmes de santé et de handicaps.

Au cours de la même période, la Commission européenne a publié son septième rapport sur l’accord UE-Turquie où elle en dresse l’éloge en affirmant qu’il « a continué à jouer un rôle clé en veillant à ce que le défi migratoire en Méditerranée orientale soit traité efficacement et conjointement par l’UE et la Turquie. » On peut lire parmi les annexes du rapport la préconisation des mesures suivantes  :

“D’autres agents de la police hellénique sont nécessaires pour mieux contrôler les points d’entrée / sortie et pour patrouiller à l’intérieur des Hotspots. Le Service grec d’accueil et d’identification, en coopération avec EASO, cherche à établir des systèmes électroniques de contrôle d’entrée / sortie à tous les Hotspots, en commençant par un projet pilote à Moria”.

– “Les autorités grecques explorent la possibilité de limiter le nombre d’étapes d’appel pour les demandeurs d’asile.”

– “La police hellénique émet des décisions de retour en même temps que la notification des décisions négatives en matière d’asile en première instance. Les ajustements techniques et informatiques pour mettre en œuvre l’action en question sont examinés par la police hellénique”.

– “Les autorités grecques doivent conserver un système clair et précis d’enregistrement et de suivi de cas sur tous les migrants irréguliers afin de faciliter la planification et l’exécution des procédures de retour, d’introduire un système électronique de suivi des cas et de continuer à faire respecter restriction géographique pour les migrants présents sur les îles”.

– “Les autorités grecques, avec le soutien de l’UE, créent une capacité de détention suffisante sur les îles le plus tôt possible, en coopération avec les autorités locales chaque fois que cela est possible. La capacité de pré-retrait à Kos est maintenant de 500 places et à Moria à 210 places. Sur Samos, la zone de détention préalable aux renvois, qui se construit dans la zone supérieure du point d’accès, sera complétée dès que les résidents de cette zone seront transférés dans une autre partie du point d’accès, ce qui est difficile à mettre en œuvre dans la zone dans un avenir immédiat compte tenu de l’augmentation récente des arrivées”.

Manifestation des Afghans à Mytilène – Fin août 2017

This entry was posted in General and tagged , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.