Arrivée de jeunes mineurs exilés au CAO de Monoblet

29 jeunes mineurs sont arrivés dans la nuit de jeudi 3 novembre dans l’ancien centre de vacances « Les Amariniers » situé sur la commune de Monoblet dans les Cévennes.

Cette arrivée est liée à la fin du démantèlement de Calais, où l’État Français a mis en place une répartition des exilés dans des centres dit « d’accueil et d’orientation » (CAO, ou CAOMIE pour ceux accueillant des Mineurs Étrangers Isolés).

14853273_10209849928076235_9007713510145607010_o

La mise en place de ces centres est critiquable sur bien des aspects :

– les CAO ont servi à légitimer la destruction de la Jungle en apportant une caution humanitaire, mais font partie de la logique globale de « gestion des flux » et d’enfermement des sans-papiers, tout comme les hotspots en Grèce et Italie, les centres de rétention en Europe, ou les camps soit-disant humanitaires gérés par les institutions.
– ils ne correspondent pas aux attentes des exilés, on n’a rarement entendu dans leurs revendications « nous voulons des CAO », mais bien plus souvent « ouvrez les frontières ».
– ils ont pour effet de participer à la logique de tri et d’expulsion voulue par les états. A Calais, les familles, les mineurs, les personnes dîtes vulnérables, et les hommes seuls ont tout d’abord été séparés, chaque « catégorie » ayant été parquée derrière des barrières avec un bracelet de couleur permettant de les différencier. Le tri administratif va ensuite s’opérer dans les CAO entre ceux qui persisteront à vouloir aller en Angleterre, ceux qui demanderont l’asile en France, ceux qui « accepteront » un retour au pays. Dans chaque cas, des expulsions sont à prévoir, à cours ou moyen terme.
– la séparation des exilés accroît encore plus l’isolement de chacun. Les personnes déplacées ne savaient pas quelle était leur destination avant de partir, et n’ont pu choisir avec qui elles iraient, le rapport d’entraide et de solidarité est donc brisé. De plus, pour toutes celles et ceux qui effectuaient à Calais des démarches administratives, de santé (mais aussi des démarches personnelles pour rejoindre des proches en Angleterre), le suivi et l’avancement de ces procédures sont eux aussi rompus. Le contact avec les personnes solidaires qui les accompagnaient l’est également.
– la mise en place du dispositif pose question quant à réalisation concrète : chaque centre est géré par une association (le plus souvent agissant déjà dans le domaine « social », c’est le cas de la Clède située à Alès qui prend en charge le CAO de Monoblet situé à 30 km de ses locaux), l’accompagnement différera d’un endroit à l’autre, et ne sera comme on peut le craindre pas forcement adapté, si toutefois il existe.
– ils sont une solution « au rabais » par rapport aux droits qui leur sont normalement dus : tous les demandeurs d’asile pendant le traitement de leur demande devraient notamment avoir une place dans un centre d’hébergement spécifique et un accompagnement adapté, pas une solution à court terme et mise en place à la hâte. C’est aussi le cas pour tous les mineurs non accompagnés qui devraient être pris en charge, hébergés, et avoir la possibilité de poursuivre une scolarisation normale. Mais cette législation n’est évidement pas respectée, ni à Calais, ni dans aucune grande ville, et des centaines d’enfants dorment ainsi à la rue.
– certaines communes ont été mises devant le fait accompli, ce qui fait que l’aide qui pourrait être apportée localement ne sera fournie que sur le tas, quand la commune n’est elle même pas carrément hostile à l’accueil de réfugiés, comme c’est le cas notamment à Saint Bauzille de Putois près de Ganges.
– les CAO fonctionnent sous la responsabilité des préfectures. Il ne faudra donc pas oublier que chaque personne qui quittera un centre sera signalée aux services de l’Etat, et que les décisions qui seront prises concernant les pensionnaires, notamment les obligations de quitter le territoire, les assignations à résidence, ou les Dublinages (renvoi dans un autre pays d’Europe) devront être à priori respectés. Le flou demeure pour l’instant quant à ce qu’il va se décider, quelles seront les applications et les prises en charges, et il est difficile d’envisager avec précision les suites à venir.

14883619_10209849932476345_6137972756061300417_o

Cela étant, les personnes présentes dans ces centres ont besoin de soutien, tant au niveau humain et matériel, qu’au niveau de l’aide pour réaliser leur projet, qu’il soit de demander l’asile en France, ou de passer la frontière… Dans chacun des cas, il est possible d’être présent et d’apporter une aide concrète. Il importe également de savoir ce qu’il se passe à l’intérieur de ces centres afin de parer à des situations telles que les expulsions, l’enfermement et l’isolement, et ne pas laisser les politiques agir dans la plus grande impunité.

Le CAO de Monoblet se situe près du col du Rédarès (suivre « Les Amariniers »), entre Lasalle et Saint Hippolyte du Fort. Quelques uns des jeunes parlent un peu Français ou l’Anglais. Ils ont notamment besoin d’habits (pantalons, sous vêtements, chaussures taille 40 à 44, apporter de chouettes affaires !), de téléphones portables, mais d’autres choses peuvent être utiles (friandises, fruits secs, chocolat, fruits, jeu de carte, ballon de foot…), le centre est isolé dans la forêt, il n’y a donc pas grand chose à faire là-bas… Bref, toute initiative sera la bienvenue…

Pour tout contact, ou pour envoyer des infos : cevennessansfrontieres@riseup.net

Un article sur le sujet : https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2016/11/05/des-mineur-e-s-disperse-e-s-dans-toute-la-france-et-dans-lincertitude/ 

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published.