Goûter de noël en soutien aux réfugiés – Jeudi 21 décembre dès 16h à Saint Jean du Gard

En cette période de fêtes nous sommes tous très sollicités mais nous avons aussi tous besoin de retrouver l’esprit de générosité propre à Noël.

Rappelons nous, il y a environ 2000 ans un berger accueillait une famille de migrant qui cherchait un refuge. Noël c’est le moment où l’on peut voir que l’esprit de partage et de générosité sont des cadeaux.

Ce JEUDI 21 DÉCEMBRE venez fêter Noël avec nous autour d’un goûter !

RENDEZ VOUS DÈS 16H ET JUSQUE 19H À L’ÉGLISE RÉFORMÉE DE SAINT JEAN DU GARD pour y boire une boisson chaude ou un jus, pour manger une part de gâteau, acheter des cadeaux, jouer et partager.

La recette de cette après midi sera reversé entièrement au profit des familles réfugiées de Saint Jean du Gard.

Au plaisir de vous retrouver jeudi !

Nous souhaitons à tous ceux qui ne pourraient pas venir, de très belles fêtes.

Comme bonne résolution on propose la régularisation immédiate et sans conditions de tous les demandeurs d’asile !

Posted in General | Leave a comment

Récit d’une expulsion sauvage, quand la PAF de Nîmes et la Préfecture du Gard s’en donnent à cœur joie…

Mardi 12 décembre à 9h, Mohamed est le premier à se faire arrêter lors de son pointage hebdomadaire au commissariat de Vitrolles. Le suit de près Ibrahim vers 10h30. A 11h, on apprend que 3 autres arrestations particulièrement musclées ont eu lieu parmi les résidents du PRAHDA de Gémenos. Ils sont conduits menottés et escortés de plusieurs policiers jusqu’à leur chambre au PRAHDA pour récupérer leurs affaires personnelles.

C’est le coup de semonce et la sidération devant la violence des arrestations. « On dirait qu’on est des criminels ?! » La peur aussi.

A midi, c’est confirmé, ils sont enfermés tous les cinq au Centre de rétention (CRA) de Nîmes, avec un vol d’expulsion annoncé pour le lendemain à destination de Venise. Une retenue de confort de plus, illégale, pour s’assurer de l’exécution. Les amis marseillais et les avocats se mobilisent et une requête d’urgence est déposée. Ils décrochent une audience exceptionnelle inespérée pour le lendemain à 9h devant le Juge des libertés et de la détention (JLD).

Le soir, on appelle nos amis dans les cellules du CRA, quelques conseils, des encouragements, des infos sur ce qui peut se passer, courage, on fera tout ce qu’on peut pour vous sortir de là. Le JLD n’est pas garanti, on le sait, on connaît la chanson. Mais il y a un espoir d’obtenir une libération avant qu’ils ne vous conduisent à l’aéroport.

Mercredi 13 décembre à 9h, nouveau sale coup de théâtre de la police et c’est à l’aéroport de Nîmes Garons que les cinq garçons sont conduits de force ! Ils passent plusieurs heures dans les locaux la PAF (la Police aux Frontières). Feu l’audience !

10h : Nouveau rebondissement, la juge a maintenu l’audience en l’absence des cinq détenus. Des soutiens des Cévennes, de Nîmes, Montpellier, Avignon sont au rendez-vous. Et, c’est déjà quasi certain, ce sont des jugements de libération qui vont être rendus. Plus qu’à attendre ces jugements. Ce n’est qu’une  question de temps, ça va être serré, on le sait, retenez votre souffle.

Ibrahim au téléphone depuis les locaux de la PAF. Les téléphones des camarades s’éteignent les uns après les autres, lâchés par les batteries. Leurs voix aussi, de plus en plus lointaines, qui tremblent dans les échos d’un aéroport. « J’ai dit pourquoi je ne veux pas retourner en Italie, ils ne m’ont pas écouté. »

11H : Insoutenable attente de ces jugements, qui ne sont toujours pas au greffe. Que fait la juge ? La juge téléphone par deux reprises à la PAF pour annoncer sa décision et exiger l’interruption de l’expulsion. Mais les flics se marrent. La Préfecture qui était pourtant présente à l’audience ne donne aucun contrordre : elle joue la montre en se frottant les mains.

11h50 : Une première décision est enfin rendue. Mais le vol est imminent. Il faut faxer la décision à la PAF centrale au plus vite. Et les autres ne sauraient tarder. Grouille bordel !

12H15 : Une personne libérée sur le tarmac. On ne sait pas qui, on veut pas vraiment savoir. Et les autres, allez ! c’est pas possible de libérer un seul pote sur les cinq.

12H40 : Ca y est, on a les quatre autres décisions, yallah ! Les soutiens se rendent à l’aéroport pour remettre les décisions en mains propres aux escortes, tandis que les fax sont déjà partis en préfecture, qui joue toujours au con.
Mais sur place il n’y a pas d’avion, pas les gars, pas la PAF…

Les chiens !

Ce soir les portables d’Ibrahim et Khabir sonnaient encore dans le vide : « Welcome to Lyca Mobile… »… la voix glacée d’un répondeur et le vide figé dans nos cœurs.

Et la rage sourde : quand les flics s’assoient sur une décision de justice… comment on qualifie ça ? On a souvent peur des mots. Aujourd’hui est bien un basculement.

STOP DUBLIN ! STOP EXPULSIONS !

Posted in General | Leave a comment

ALERTE EXPULSIONS DEPUIS LES PRAHDA / ENFERMEMENT AU CRA DE NÎMES !!

MAJ : Les cinq personnes arrêtées aux Prahda de Vitrolles et Géménos et menacées d’être renvoyées en Italie doivent passer demain mercredi devant le juge des libertés et de la détention à 9 heures au TGI de Nîmes (face aux arènes). PRÉSENCE SOUHAITÉE pour les soutenir !!

SOLIDARITÉ MAXIMALE !! NON AUX EXPULSIONS !! STOP DUBLIN !!

5 personnes ont été arrêtées de manière musclée, ce matin dans les Prahda de Gémenos et Vitrolles près de Marseille, menottées par la gendarmerie. Elles ont été enfermées au Centre de Rétention de Nîmes. Un vol semble prévu pour demain matin direction Venise.

Nous vous demandons d’être vigilant.es aux appels pour des actions anti-expulsions, de vous tenir prêt.es.

30 nouvelles places seront ouvertes au Cra du Canet (Marseille) la semaine prochaine, ce qui n’est pas bon signe.

Posted in General | Leave a comment

Communiqué de demandeurs d’asile Place Felix Baret (Préfecture) à Marseille

Hier soir, après la manifestation dans les rues et quartiers de Marseille, les demandeur.ses d’asile ont décidé de passer la nuit devant la préfecture (malgré la pluie et la longue marche de la journée) pour exiger un entretien avec le préfet. Voici leurs revendications :

“Nous sommes des demandeurs d’asile sous le joug de la procédure Dublin. Cette directive européenne implique que les demandeurs d’asile ne peuvent enregistrer leur demande que dans le premier pays européen où leurs empreintes ont été relevées. Parfois par la force et sous la torture et principalement dans les pays d’entrée du Sud de l’Europe. Ces pays ne sont pas en mesure de nous accueillir et d’examiner nos demandes d’asile. Depuis plusieurs mois en France, nous sommes sous la menace d’une expulsion en raison de ce règlement Dublin, sans aucune possibilité de faire valoir nos droits en France. Nous sommes expulsés, traqués, poussés à la clandestinité, coupés de toutes ressources, aides ou possibilités de travailler, sans savoir on nous pourrons un jour nous installer. Ce règlement permet aux pays européens de bloquer l’accès à l’asile partout en Europe et entre en contradiction avec l’accès à un droit d’asile effectif. A partir de ce soir nous occupons la place Félix Baret devant la préfecture pour exiger une rencontre avec le préfet afin d’obtenir le retrait du règlement Dublin nous concernant. Ce règlement permet toutefois à la préfecture d’appliquer une clause discrétionnaire pour lever les menaces d’expulsion à notre encontre. Nous convions la presse et tous celles et ceux qui se sentent concernés à venir nous soutenir et nous écouter lors d’un petit déjeuner lundi matin à partir de 8h.”

Stop Dublin !! Stop Expulsions !!

Posted in General | Leave a comment

[Monptellier – 18 déc.] Les personne migrantes de Montpellier et d’ailleurs se mobilisent contre la procédure Dublin, soutenons-les !

Depuis quelques semaines, les personnes migrantes de Montpellier et d’ailleurs s’organisent. A travers la lettre ci-dessous, ils s’adressent à la population et au préfet de l’Hérault. Soutenons leur démarche ! (infos reprises du Collectif Migrant-es Bienvenue 34)

Rassemblement le lundi 18 décembre à 17h devant la préfecture de Montpellier !

Stop Dublin ! Stop expulsions !

Peuple de France, Monsieur le Préfet,

Nous venons très révérencieusement auprès de votre auguste personne pour vous dire nos peines concernant la demande d’asile.

Nous avons choisi la France, pays des droits de l’homme. Nous avons quitté des pays en plein chaos. Nous avons bravé le désert avec toutes ses atrocités. Nous avons risqué nos vies à travers la Méditerranée. Nous avons traversé les montagnes dans la peur et le froid.

On nous a parqué derrière des barbelés, entassé dans des camps comme des criminels, et pour finir, forcé par la violence, les contraintes et les menaces, à laisser nos empreintes dans des pays où nous ne voulons pas vivre.

Dans ces pays où nous sommes rejetés, sans soins, sans logement, sans nourriture, en proie au racisme, notre condition est indigne d’une existence humaine, en particulier en Italie où nous sommes arrivés nombreux et où nous sommes à la rue.

Aujourd’hui, avec la procédure Dublin, le gouvernement français a mis en place des méthodes pour mettre des pierres dans nos chaussures, et favoriser les expulsions. Dublin, pour nous, c’est un virus qui nous mange le cerveau.

Nous demandons :

  • la levée de la procédure Dublin pour toutes et tous,
  • la levée de l’assignation à résidence, menace permanente au-dessus de nos têtes,
  • l’annulation des dispositifs PRAHDA, établissements dans lesquels rien n’est facile : pas d’apprentissage de la langue, pas de moyens d’intégration, difficulté pour accéder aux soins, courriers filtrés retardant les recours possibles,
  • qu’on arrête d’expulser de force nos camarades,
  • qu’on nous ouvre les portes de l’avenir avec l’accès à l’éducation, la formation professionnelle pour toutes et tous.

Nous voulons que cesse ce calvaire ! Qu’on nous donne enfin l’asile !

Des réfugiés fatigués d’un voyage plein de dangers

Posted in General | Leave a comment

[Marseille – 10 déc. ] Appel à la marche solidaire « Stop Dublin Stop expulsions »

DIMANCHE 10 DECEMBRE – METRO BOUGAINVILLE à 13h
Nous organisons cette marche pour la cause de tou.te.s les migrant.e.s afin de dénoncer la « procédure Dublin » nous empêchant de demander l’asile en France.

L’ITALIE NE PEUT PAS NOUS ACCUEILLIR !

Dès l’entrée sur le territoire italien, les autorités italiennes nous obligent à donner nos empreintes par la force et la violence, ce qui d’emblée rompt le lien de confiance à peine établi lors de notre sauvetage en mer.
À partir de cette prise d’empreintes, nous sommes sous « procédure Dublin », sans même le savoir et pour toujours.
Pour information, la procédure Dublin consiste à ce que la demande d’asile soit enregistrée là où la personne a été arrêtée (prises d’empreinte) pour la première fois en Europe, soit la plupart du temps en Italie. Cette demande ne peut être effectuée qu’une seule fois, ainsi les personnes franchissant le territoire français se retrouvent dans l’impossibilité de demander l’asile.

L’Italie est la principale porte d’ entrée des migrant.e.s. Elle est ainsi submergée et ne peut subvenir aux besoins de tout le monde.
Nous attendons de longs mois pour une mise à l’abri. Et quand on a la « chance » d’accéder aux « campos » (Centres d’Immigration et d’Expulsion – CIE ), les conditions de vie sont indignes pour des êtres humains et propices à la prolifération des maladies. Les migrant.e.s malades en Italie ne sont pas pris.es en charge : les camps de la croix rouge n’ont même pas de médecins.

Par ailleurs, nous attendons de très longs mois pour le premier enregistrement de notre demande d’asile. Un ou deux ans pour être évalué.e.s et finalement rejeté.e.s comme demandeurs.es d’asile pour la plupart d’entre nous.

Pour finir, les personnes sous « Procédure Dublin », qui font une demande d’asile en France, sont systématiquement expulsées en Italie, là où elles n’ont aucun droit et restent sans abri.
Les expulsions vers l’Italie sont la première étape pour nous ramener dans notre pays d’origine que nous avons dû fuir, parce nous n’y sommes pas en sécurité.

Soyons uni.e.s et venez nombreu.x.ses !!!
DIMANCHE 10 DECEMBRE – METRO BOUGAINVILLE à 13h

Posted in General | Leave a comment

VICTOIRE POUR LES JEUNES DE SAINT FERREOL 

Après que l’Eglise se soit rétractée jeudi remettant en cause sa promesse d’héberger les mineurs et que la police se soit préparée à une évacuation par la force, nous reproduisons les communiqués transmis par le collectif de soutien Migrant 13 / Al Manba revenant sur la journée de vendredi.

VICTOIRE POUR LES JEUNES DE SAINT FERREOL 

(compte rendu pour ne pas laisser l’histoire être écrite par les vauriens)

Hier, après d’énormes coups de pression sur les jeunes (par les institutions, l’église, la police) et un rapport de force qui s’est durci en réaction, le Département a finalement été obligé de revoir sa copie et d’accéder aux revendications minimales. Cette nouvelle proposition a d’abord été annoncée par voie de presse à 15h par l’élue départementale à l’enfance, avant d’être présentée aux jeunes aux alentours de 18h seulement par le directeur du service MNA de l’ADDAP13. A ce moment, l’église avait retiré ses menaces et la police s’était retirée.

Quelles nouveautés ? un foyer avec une capacité d’accueil de 65 places sans distinction des mineurs avec ou sans OPP (ordonnances de protection du juge) ; un engagement à ne pas ré-évaluer les mineurs bénéficiaires d’une OPP ; un accueil “éducatif” de jour pour compléter l’accueil de nuit initial ; un partenariat avec la Croix Rouge et les Restos du Coeur pour fournir aux jeunes plus de 3 repas par semaine ; deux agents de sécurité ; des chambres équipées et propres avec engagement à effectuer rapidement des travaux de plomberie (pour l’instant les douches se prennent dans un camion de la Ville en bas du bâtiment).

Suite à cette annonce le représentant du département a affirmé qu’il ne répondrait à aucune question et que les jeunes devraient prendre leur décision d’emblée, avant de venir le voir individuellement et le suivre dans leur nouveau foyer. Les jeunes ont néanmoins habilement récupéré le micro pour affirmer deux positions : leur décision sera collective après un temps de réflexion entre eux ; ils ne renonceraient pas à leurs droits à la scolarisation et la santé qui n’ont même pas été évoqués.

Après une discussion animée et des positions divergentes, les jeunes sont revenus dans l’assemblée et ont remercié, émus et émouvants, l’ensemble des participants à ce mouvement. Ils se sont retournés solennellement vers le représentant du département pour lui annoncer qu’ils estimaient la proposition insuffisante, mais acceptable compte
tenu de leur situation et qu’il l’acceptaient donc. Toutefois ils ont affirmé qu’ils seraient vigilants à l’obtention rapide de leurs droits, à tout revirement et toute tentative de dispersion/division de leur collectif. POUR EUX, LA LUTTE CONTINUE DEPUIS LEUR NOUVEAU FOYER ! Et tout à chacun est convié à poursuivre l’aventure.

Ils ont aussi imposé que leur sortie de l’église ne se ferait qu’au lendemain, au grand jour, après avoir fêté leur victoire avec les leurs (et que “maintenant Monsieur, nous vous prions de nous laisser entre nous”)

VICTOIRE POUR LES JEUNES DE SAINT FERREOL… Mais la lutte n’est pas finie !

(compte rendu de l’entrée dans le foyer ce vendredi matin)

“une proposition acceptable, mais insuffisante”.

Dès ce matin, avant de sortir de l’église, une liste de points de vigilance a été dressée par les jeunes : nombre de couchages par chambre et répartition, équipement éducatif et ludique (livres, accès internet), contraintes horaires du foyer, droit de visite, modalités des repas et possibilité de cuisiner, droit au transport urbain, moyens financiers
individuels, le sort des enfants qui n’étaient pas présents dans l’église (mais toujours dans les rues de Marseille), l’urgence de l’école, de la couverture sociale, la qualité du suivi individuel des éducs, l’accès aux soins psychologiques, la pérennité d’un tel lieu, les
délais de placement individuel dans un foyer durable, le choix de l’orientation.

Ils ont choisi de quitter l’église avec dignité (après avoir nettoyé les traces de leur passage) et la tête haute, accompagnés de banderoles et de leurs soutiens.

Personne ne s’attendait à une haie d’honneur à l’arrivée au foyer, mais l’accueil par les gros bras du département y a été glacial, voire menaçant (appel à la police pour disperser l'”attroupement” bon enfant sur la placette). D’emblée, il a été constaté que très peu de moyens ont été débloqués en vrai : pas de travaux de mise au propre visibles, des
lits de camp très sommaires, les travaux de plomberie en suspens, annonce qu’il n’y aura pas d’effectifs supplémentaires de prise en charge, mais des renforts (temporaires?) du service prévention de l’ADDAP (!). Lors de l’entrée dans les locaux, une dizaine de jeunes ont été tenus à l’écart sans que l’on ait obtenu de réponse précise.

C’est le coeur lourd que nous avons laissé les jeunes prendre possession de leur lieu. Si ce lieu est acquis et donne l’espoir qu’une dynamique collective pourra s’y poursuivre, tout à chacun s’interroge sur les “méthodes éducatives” si particulières des gorilles du département qui entouraient l’arrivée des minots.

Mais ils l’ont affirmé hier et ce matin encore : ils savent où nous trouver !

Posted in General | Leave a comment

Occupation de l’église St Ferréol par un collectif de mineurs étrangers isolés

Après les réquisitions de bâtiments vides du mois d’octobre à Veynes et à Toulouse dédiées à l’accueil des mineurs isolés à la rue, l’occupation d’un amphithéâtre à Lyon par des étudiants et des sans papiers le 15 novembre, puis celle trois jours après de l’école des Beaux Arts de Nantes le 18 novembre (mais rapidement expulsée), à nouveau l’occupation du 20 novembre à Lyon d’une école pour loger plusieurs familles également à la rue depuis de longs mois, c’était au tour hier soir des jeunes de Marseille de se mobiliser ! Une occupation est en cours à l’église Saint Ferréol sur le Vieux Port à Marseille par les jeunes exilés qui dénoncent l’absence de prise en charge par le département.

Voici leur communiqué :

“Nous sommes un collectif de mineurs étrangers isolés et nous occupons l’église st Féréol sur le Vieux-Port a Marseille pour rendre visibles nos difficultés. Nous avons fait des démarches qui nous permettent légalement d’être hébergés mais nous dormons dans la rue.

Nous cherchons a faire valoir nos droits et des réseaux de solidarité nous soutiennent et nous accompagnent en attendant que la loi soit respectée.

Nous voulons de vraies solutions.

Nous ne voulons pas de quelques nuits a l’hôtel et ensuite dehors et ça recommence. Nous voulons de vraies places en foyer avec des éducateurs qui nous donnent un accès aux soins et a la scolarité.

Nous avons besoin de lutter c’est très important car chaque nuit dehors est de plus en plus dure….

Nous occupons cette église dans l ‘attente d’une vraie solution…

Nous avons besoin de votre soutien. Nous vous invitons a passer dès 8h ce mercredi matin devant l’église st Féréol sur le Vieux-Port.

Nous mènerons des actions jusqu’à ce que nous soyons entendus ! “

Et celui de leur soutiens :

“Dans le cadre de la campagne nationale “Justice pour les Jeunes Isolés Etrangers”, après de nombreuses interpellations restées sans réponse du Conseil Départemental et de sa Présidente Martine Vassal, le Collectif Soutien Migrants 13 / El Manba a décidé de mettre temporairement à l’abri les dizaines de mineurs qui errent dans la ville, et d’occuper
l’église St Ferréol, située sur le Vieux-Port à Marseille.

Il ne s’agit pas de réquisitionner cette église ni de la transformer en lieu de vie. Il s’agit d’occuper un bâtiment de tous temps dévolu à l’accueil inconditionnel des plus démunis pour alerter sur les graves carences du Conseil Départemental, qui au lieu de protéger les mineurs comme il en a la compétence et l’obligation, les expose à de graves dangers en les laissant à la rue pendant des semaines voire des mois.

Nous comptons sur les nombreux citoyens révoltés par la situation de ces jeunes, et par la politique migratoire dont ils sont victimes, pour venir les soutenir. En relayant cette information, en venant nous voir, en sollicitant des personnalités dont le poids médiatique peut contraindre le CD à respecter ses obligations légales et les décisions de justice rendues en faveur des jeunes.

Nous attendons de Madame Vassal qu’elle vienne en personne nous rencontrer, et assurer aux jeunes l’accès effectif à leurs droits : une prise en charge réelle et immédiate, la sécurité du quotidien, des soins adaptés, une assistance éducative, une scolarisation effective, et pas seulement quelques nuits en hôtels miteux. Le déblocage des moyens nécessaires relève bien d’une volonté politique, et de décisions urgentes à prendre.

Notre détermination n’est que le pendant de la détresse et de l’exaspération de ces jeunes, qui se sentent abandonnés par l’Etat, à juste titre.”

Plus d’infos : https://fr-fr.facebook.com/collectifmigrants13/

Aucune personne à la rue ! Des papiers pour tout.es !

Posted in General | Leave a comment

Cantine Sans Frontières : Samedi 25 novembre à Alès

Nous sommes quelques personnes avec ou sans papiers qui organisons depuis plus d’un an des repas de soutien à Alès et dans ces environs.

Ces cantines sont un moyen pour celles et ceux qui ne peuvent légalement travailler d’obtenir un peu d’argent. Être dans l’attente d’un titre de séjour plonge les individus dans des situations de grande précarité ou d’assistance qui ne sont pas acceptables à nos yeux.

Nous partageons aujourd’hui cette expérience avec d’autres personnes et organisons de manière régulière ces cantines sur une base de solidarité et d’entraide. Elles se veulent aussi des moments d’échanges.

Apporter son soutien à ce projet consiste à venir partager un repas — l’argent récolté est intégralement reversé aux personnes concernées — ou a proposer son aide pour l’organisation de celles-ci.

Les cantines ont lieu le dernier samedi de chaque mois dans le local de la Rétive à Alès (42 rue du Faubourg d’Auvergne), les repas seront à prix libre afin que chacun puisse participer selon ses moyens.

N’hésitez pas à venir nous rencontrer et à en parler autour de vous !

Posted in General | Leave a comment

La lutte des dubliné.es contre les expulsions continue !

Samedi 18 novembre à 14h à Luttopia de Montpellier : assemblée des migrants en procédure Dublin et de leurs soutiens pour préparer une mobilisation collective….. Faites passer l’info, il faut être le plus nombreux possible !

Et ci-dessous la lettre adressée par les demandeurs d’asile de Marseille au préfet des Bouches du Rhône :

Lettre des demandeurs d’asile “dubliné.es” en lutte à la Préfecture de Marseille (10 nov. 2017)
(déposée lors du “Banquet des Dubliné.es”, ven. 10 nov.)

Peuples de France, Monsieur le Préfet,

Nous avons choisi la France pour sa réputation mondiale concernant les droits de l’être Humain et l’accueil des réfugiés. Pour atteindre la France, nous avons traversé des pays de l’Union Européenne où on nous a obligé de déposer nos empreintes. Nous avons pris la décision de déposer la demande d’asile auprès de la République Française mais nos démarches ont été bloquées par le règlement Dublin. Nous ne pouvons pas retourner
dans le pays où nous avons été obligés de déposer nos empreintes pour de multiples raisons ; parmi nous :

– Certains ont eu des refus, déboutés du droit d’asile dans le premier pays concerné – Certains ont subi des actes racistes et indignes.
– Certains ont été jetés à la rue, dû à l’insuffisance des dispositifs d’accueil. Contre la devise de la République, le gouvernement a mis en place des méthodes pour mettre des pierres dans les chaussures (des bâtons dans les roues) aux personnes en procédure Dublin et favoriser les expulsions.
On prend par exemple le dispositif PRAHDA géré par Adoma qui œuvre contre l’intérêt des demandeurs d’asile en procédure Dublin :
– Les dépôts des demandes de recours hors délai.
– La complicité d’Adoma avec la Préfecture pour l’expulsions de force et sans préavis des violations des droits.
– Et le manque d’un climat de vie digne d’un être humain.

Pour cela, on sollicite votre haute bienveillance de :

– Annuler nos procédures Dublin.
– Stopper les expulsions.
– Accepter nos demandes d’asile.
– La démolition du fantôme Adoma-Prahda.
– Permettre l’accès à l’éducation, études et formations professionnelles.

Nous sollicitons la République Française et son peuple d’avoir un regard de miséricorde envers notre situation de réfugiés qui ont laissé derrière eux des nations, des familles.

Des réfugiés fatigués d’un voyage plein de dangers.

Des personnes dubliné.e.s.

À Marseille, le 10 novembre 2017

La lettre en arabe téléchargeable et diffusable ici.

Posted in General | Leave a comment