Ceux qui marchent sur nos routes

Article repris du journal autogéré des habitants de la Roya : La Marmotte déroutée.
Chronique de la gare de Breil
 
Qu’est-ce qu’un PPA  ? Un point de passage autorisé. Depuis le rétablissement de la frontière franco-italienne, il y en a 13 dans les Alpes-Maritimes. Serait-ce un point où les migrants « en situation irrégulière » peuvent franchir la frontière en toute sécurité ? Non, c’est plutôt le contraire : s’ils sont contrôlés à l’un de ces PPA, ils sont considérés par les forces de l’ordre et par les autorités comme« non entrés » et donc comme« non admis » sur le territoire français. Vous vous souvenez, le 31 mars dernier, le juge des référés a estimé que cette pratique était illégale et qu’elle portait « une atteinte grave […] au droit d’asile» ? Résultat ? Une situation ubuesque. 
La gare de Breil-sur-Roya est précisément un PPA, autrement dit la frontière ferroviaire (première gare en France). Les gendarmes y attendent donc les trains qui viennent de Vintimille pour refouler  vers l’Italie les étrangers sans papiers qui se trouvent à bord. Mais maintenant ces mêmes gendarmes, à la même gare de Breil, attendent aussi d’autres migrants, amenés par des bénévoles de l’association Roya citoyenne. Ils vérifient leurs noms, transmis par l’association, et les font monter dans les trains en direction de Nice. Pour ceux-là, pas besoin d’appeler la police si vous les croisez dans les trains,ils y sont en toute légalité ! A Nice, ils sont pris en charge par une autre association, Forum réfugiés, qui les accompagne dans leurs démarches de droit d’asile.
Un migrant est un demandeur d’asile en puissance, c’est ce qu’avait rappelé le jugement du 31 mars dernier. Mais pour pouvoir déposer sa demande, il doit se rendre à Nice… et donc, avant, franchir les fameux PPA ! On l’a compris, surtout pas par le train, puisqu’à Breil les gendarmes l’attendent pour le renvoyer en Italie ! Conséquence de ce bug administratif : de plus en plus de personnes empruntent des chemins dangereux, loin des grands axes de passage, dans l’espoir de rejoindre notre vallée et de faire partie des convois « autorisés ».
 Norbert le Colvert et autres migrateurs
Juin 2017
Posted in General | 1 Comment

Collectif solidarité migrants St Jean du Gard invite à un petit-dej solidaire le 15 juillet

Solidari-thé ou café?
Après le succès du petit déjeuner solidaire du 20 mai, “Solidarité migrants en Cévennes” remet le couvert…
Le collectif est composé de Cévennes sans frontières, l’Oustal, les Restos du coeur, la paroisse réformée,l’association Abraham Mazel et des personnes désireuses de s’engager auprès des réfugiés. Il oeuvre depuis un an pour soutenir une famille tchétchène accueillie au village et d’autres personnes sans papiers en difficulté.
Le petit déjeuner sera servi en plein air, sous la tour de l’horloge, en face du marché hebdomadaire des petits producteurs. Des musiciens agrémenteront ce moment convivial.
Participation libre.

Posted in General | Leave a comment

Prochaine Cantine Sans Frontière !

RDV SAMEDI 24 JUIN À 12H À LA RETIVE (42 Fbg d’Auvergne à Alès) pour une CANTINE SANS FRONTIÈRES en soutien à Zahra et à Narimane

Au menu :

Salades “Chamilas”
Couscous marocain
Dessert surprise

Prix Libre

Cette initiative est proposée afin d’apporter une aide financière à des familles exilées sans papiers hébergées à Alès ou aux alentours. Elle vise également à développer des liens entre les exilés et leurs différents soutiens afin de renforcer un réseau d’entraide.
La solidarité s’exprime dans un ensemble de pratiques : trouver un logement, dépanner une machine à laver, se mobiliser pour empêcher une expulsions, organiser des cantines de soutien, accompagner une personne à des rendez-vous, etc.
Cette cantine est organisée avec les personnes concernées et l’intégralité de l’argent récolté (le repas est à prix libre) leur sera reversé.

Posted in General | Leave a comment

Marche pour le droit d’asile du 22 au 26 juin dans les Hautes Alpes

« Ici, on me propose un lit, mais aussi tous les cauchemars d’expulsion et de violence. Je ne peux pas dormir dans ce lit, je n’y trouve aucun repos. »
https://parolesdemigrants.com

Ils sont quinze réfugiés à avoir commencé une grève de la faim le 6 juin 2017 à Briançon. Désertant les foyers des Centre d’Accueil et d’Orientation (CAO) qui les hébergeaient depuis six mois, ils se sont installés avec toutes leurs affaires devant les portes de la MJC, soutenus par une centaine de Briançonnais à tour de rôle.

Marche pour le droit d’asile

Juin 2017, au lendemain de la Journée Internationale des Réfugiés, du 22 au 26 juin, les migrants briançonnais, de leur propre initiative, marcheront de Briançon à Gap. Ils seront soutenus, accompagnés et rejoints par les collectifs et les citoyens solidaires et les réfugiés des Hautes Alpes. Ils souhaitent porter un message pacifiste en réclamant le droit de demander l’asile en France et en demandant au Préfet des Hautes Alpes de les dédubliner. Ils invitent tous ceux pour qui ce Droit fondamental qu’est le Droit d’Asile, a du sens de se joindre à eux.

Départ de Briançon : le 22 juin à 8h devant la MJC.
22 Briançon – L’Argentière La Bessée
23 L’Argentière – Guillestre
24 Guillestre – Baratier
25 Baratier – Chorges
26 Chorges- Gap.
Une délégation demandera un RV au Prefet le 26 dans l’après-midi.

Comment et pourquoi cette action ?

Décembre 2016, Porte de la Chapelle, Paris, le gouvernement propose aux migrants de la rue de monter dans des bus vers des destinations inconnues. On leur explique qu’ils seront accompagnés pour faire leur demande d’asile. 21 migrants arrivent à Briançon, entament les démarches et attendent patiemment plusieurs mois.
Mai 2017 Le Préfet des Hautes Alpes refuse de leur laisser demander l’asile, en invoquant les Accords de Dublin ; accords qu’il peut décider de ne pas appliquer. Les notifications de renvoi en Italie commencent à arriver y compris pour les migrants du 04 et d’Embrun, qui ont la même problématique. Ces derniers décident de faire 10 jours de grève de la faim pour implorer l’indulgence du Préfet. Sans résultat.

Mail : marchepourledroitdasile@gmail.com

Posted in General | Leave a comment

Hafizullah Safi a été expulsé en Afghanistan

Nous retransmettons ce texte transmis par des personnes soutenant Hafizullah. Le règlement dublin encore une fois utilisé comme un simple tour de passe-passe. Une expulsion, une signature : et chacun aurait les mains propres ? Acte administratif ou mort préméditée ? Bon pays, mauvais pays, est-ce là la bonne question ? Où chercher l’humanité alors : dans les décombres d’une ville ensanglantée ? dans les rouages d’une machinerie bien orchestrée ?

DE LA SÉCURITÉ D’UNE PETITE VILLE DE LOZÈRE À LA POUDRIÈRE DE KABOUL : HAFIZULLAH SAFI A ÉTÉ EXPULSÉ EN AFGHANISTAN

Hafizullah Safi avait quitté l’Afghanistan en 2015. Dès le début de son voyage, en Iran, la police lui avait tiré dessus avec une Kalachnikov (il a depuis un problème au genou). Après 7 mois de peurs et de longs jours de marche, il avait réussi à mettre quelque 8000 km entre lui et les talibans qui ont égorgé son père.

Hébergé en Lozère, au CAO de Marvejols, il était sous procédure Dublin pour la Norvège.  Alors qu’après 2 années d’errances et d’angoisses, il avait besoin d’être entouré et aidé pour surmonter ses traumatismes et reconstruire une nouvelle vie, le 9 mai, Hafizullah Safi a été arrêté à la gendarmerie, lors d’un pointage auquel il était astreint, et emmené au centre de rétention de Lyon.  Le 10 mai, la France l’a expulsé vers la Norvège.

Le 1er juin, suite à l’attentat du 31 mai à Kaboul – qui a fait au moins 90 morts et 400 blessés -, l’Allemagne a annoncé qu’elle suspendait les expulsions vers l’Afghanistan.

Le 3 juin, la Norvège, qui contrairement à la France considère l’Afghanistan comme un pays sûr, a expulsé Hafizullah Safi à Kaboul.

Depuis dimanche 4 juin, Hafizullah Safi est en contact avec ses amis à Marvejols : il est terrorisé, en pleurs, et appelle à l’aide : « J’ai très peur. Je ne peux pas sortir. Il y a des explosions et des gens tués. Je ne peux rester dans cette maison que deux semaines, et après je dois partir. Je ne peux pas prendre contact avec ma famille, je ne sais pas où ils sont, je n’ai personne ici. »

Nous sommes atterrés et révoltés qu’Hafizullah Safi, qui avait trouvé refuge en Lozère où la population l’avait accueilli avec humanité, « Terre d’accueil », ait pu être expulsé en Afghanistan où sa vie est en danger, la situation se dégradant de jour en jour, notamment à Kaboul. Nous refusons d’être complices d’un meurtre et nous demandons que tout soit mis en œuvre pour organiser son retour en France.

Nous demandons aux autorités françaises de prendre leurs responsabilités, pour éviter un épilogue tragique à la longue errance d’Hafizullah Safi, et aux hommes politiques de tous bords de faire la preuve de leur humanisme en œuvrant à son rapatriement en France.

Posted in General | Leave a comment

Rencontres/discussion contre l’isolement et les expulsions – Nîmes 10 juin

Alors que des mobilisations ont lieu partout en France pour s’opposer aux accords Dublin et aux expulsions effectuées à partir des CAO, on répond à l’appel de la coordination des collectifs de soutien du Sud-est avec une journée d’infos organisée à Nîmes le samedi 10 juin de 16h à 19h (place Saint Charles).

Au programme : table de presse, rencontres avec les collectifs locaux, café et friandises ! A 17h30, une discussion est prévue (voir le texte ci-dessous) afin d’élargir les possibilités de s’opposer aux expulsions, mais aussi de renforcer les réseaux de solidarités et de luttes.

Toutes les personnes ou collectifs de la région en lutte contre les expulsions, l’enfermement et l’isolement face aux institutions sont les bienvenues pour venir témoigner et apporter des informations sur les situations qu’elles rencontrent par chez elles (nous contacter pour être hébergé).

D’autres mobilisations sont déjà annoncées : A Forcalquier, avec le collectif migrants 04 : Rassemblement vendredi 2 juin à partir de 16h place du Bourguet devant les bureaux du maire, nouveau porte-parole du gouvernement et secrétaire d’Etat. A Marseille, avec le Manba : Rassemblement mercredi 7 juin à 17h30 devant la préfecture.

Contre les expulsions : brisons l’isolement !

Rencontre-discussion sur les possibilités de s’opposer à l’isolement et aux expulsions

Ce n’est pas nouveau, les états de l’Union européenne dans leur traitement de la question migratoire s’appuient sur de nombreuses mesures coercitives leur permettant de bloquer ou de déplacer des populations entières à un endroit donné. Ils peuvent de la sorte invisibiliser ce qui représente pour eux un problème et se prémunir de toute protestation embarrassante. Nous l’avons vu par exemple lors de la récente grève de la faim des 21 demandeurs d’asile du centre d’accueil et d’orientation (CAO) d’Embrun, la première réaction de la préfecture des Hautes Alpes a été la menace de répartir les récalcitrants dans d’autres centres.

Pour cela, l’enfermement est rendu nécessaire et est pratiqué sous diverses formes. Il permet ainsi d’isoler, de maintenir à disposition, et d’échelonner selon le rythme voulu les personnes à expulser. De nombreux lieux remplissent ainsi cette fonction macabre de gestion et de tri des individus. Rendus opaques aux regards extérieurs, leur accès étant souvent limité ou contrôlé, ils sont pourtant l’antichambre des expulsions.

Rien que sur la ville de Nîmes, sont par exemples implantés un Centre de rétention administratif (CRA), deux CAO, des logements d’accueil d’urgence pour mineurs étrangers non accompagnés.. La création d’un centre en « résidence hôtelière » dans le cadre du programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile (PRAHDA) est prévue prochainement. Cela sans compter la maison d’arrêt où comme dans chaque prison des détenus sont confrontées à de difficiles renouvellements de titre de séjour et risquent la double peine (enfermement puis expulsion à la sortie).

A l’intérieur de ces lieux de privation de liberté partielle ou totale, la possibilité de faire valoir ses droits, d’être soutenu et conseillé au delà des services dépendants – ou en lien – avec les préfectures est évidemment plus compliquée. Peu d’associations ou collectifs y mettent un pied, peu d’informations directes circulent sur ce qu’il s’y passe. Les expulsions sont ainsi exécutées en silence…

Aussi, en criminalisant la question de l’accueil, de nombreuses personnes sont contraintes à la clandestinité, avec toutes les conséquences que cela comporte : crainte des contrôles et des arrestations, impossibilité de trouver un logement ou de travailler légalement… Combien de jeunes mineurs ont déserté le CAO de Monoblet à cause des lourdeurs administratives et du manque de perspectives pour leur avenir ? Que sont devenus les Soudanais des CAO de Nîmes s’étant vus remettre un ordre de renvoi en Italie ? Combien de familles poussées hors des centres d’accueil de demandeurs d’asile (CADA) vivent aujourd’hui à la rue ?

Nous pensons que lutter contre les expulsions doit se faire au contact des personnes concernées et pour cela, nous voulons attirer l’attention sur celles étant de fait privées de soutien et de liberté. Pour cela, être présent à l’intérieur des murs, briser l’isolement, faire sortir les voix des personnes retenues est une première étape. Consolider des réseaux de soutien forts en est une seconde.

Si signer des pétitions et se rassembler devant les préfectures est un moyen ponctuel de visibiliser une situation, n’oublions pas que la lutte contre les expulsions est quotidienne, et dure dans le temps. Les premiers à en payer les frais n’ont d’ailleurs peu de possibilité de s’y opposer. Les personnes illégalisées ont besoin de ressources tant humaines que financières, et pour cela, l’organisation collective peut apporter des solutions.

Nous proposons ainsi un moment de rencontres et d’échanges afin de poursuivre et d’élargir les luttes existantes contre les expulsions et contre l’enfermement.

Posted in General | Tagged , , , , , | Leave a comment

Rassemblement contre les expulsions – 27 mai à Briançon

Solidarité contre les expulsions !
Rassemblement samedi 27 mai à 12h30, à la gare de Briançon

Considérant que le mardi 23 mai, 6 personnes sont arrêtées à la gare de Briançon sous prétexte qu’elles ne possèdent pas les papiers qui leurs permettent de circuler légalement sur le territoire. Une travailleuse sociale qui les accompagnait est aussi arrêtée, ce qui a pour effet d’informer les réseaux de solidarité. Chose rare, car les reconduites à la frontière sont quotidienne. Les sans papiers sont emmenées aux locaux de la police de l’air et des frontières (PAF), à Montgenèvre, en vue d’être refoulés vers l’Italie. Une trentaine de personne se rassemble en solidarité devant les locaux de la PAF, et l’une d’elle est renversée par un véhicule de police (lire le témoignage de la personne concernée ici).

Considérant qu’au moins une cinquantaine de personnes sont visées par le règlement Dublin sur le territoire des Hautes Alpes, c’est à dire qu’elles risquent une expulsion prochaine vers le premier pays d’Europe qui a relevé leurs empreintes, puis d’être renvoyées dans leur pays d’origine ou leurs vies sont en danger. Les migrants du CAO d’Embrun ont exprimé leur refus de ces expulsions en se mettant en grève de la faim
pendant dix jours.

Considérant de plus que la PAF refoule quotidiennement des dizaines de personnes à la frontière, les poussant ainsi à des traversées de plus en plus dangereuses, d’autant que l’hiver est rigoureux et les passages de cols périlleux. Considérant enfin qu’un très faible nombre de demandes d’asile ou de titres de séjours sont acceptés, poussant ainsi les migrant.e.s à vivre dans la clandestinité, craignant les contrôles de police, l’enfermement et les expulsions.

Cette situation est pour nous insoutenable. Face à la détermination de la préfecture à expulser les exilé.e.s, nous affirmons que les Hautes Alpes ont toujours été un lieu de passage, de migration et de refuge.

Nous invitons toutes les personnes ainsi que les collectifs solidaires avec les migrant.e.s à se rassembler le samedi 27 mai à 12h30 devant la gare de Briançon, pour marquer notre solidarité contre les expulsions. Nous proposons ensuite de se réunir en assemblée, afin de discuter dans l’apaisement de ces événements et d’imaginer ensemble les moyens pour empêcher les expulsions à venir.

Posted in General | Leave a comment

Belle nouvelle : A., soudanais au CRA de Marseille, reconnu réfugié

Info reçue par mail…

Pour ceux qui ont suivi l’affaire de «A.», soudanais rencontré par Al Manba au CRA de Marseille où la France tentait de l’expulser après lui avoir refusé le droit a une demande d’asile dans des conditions avec au moins une façade d’équitables, cherchant a l’expulser par deux fois au Soudan puis à le condamner pour refus d’obtempérer à une décision de justice, maintenu sous contrôle judiciaire dans l’attente du rendu de son jugement le 19 juin (la procureure ayant requis 3 mois fermes, 10 ans d’interdiction de territoire & placement en CRA à la levée d’écrou en vue d’une nouvelle expulsion) …

Ce même «A.» vient d’être reconnu réfugié par la CNDA !

La CNDA fait un pied de nez à toutes ces décisions obtues des juges administratifs et judiciaires, à l’OFPRA expéditive en centre de rétention,

La poursuite pénale va sans doute en prendre conséquence et tomber …

Un peu d’espoir, et un encouragement à continuer à se mobiliser et soutenir les personnes même dans les impasses les plus profondes de cette république,

HURRIYA !

Posted in General | Leave a comment

Cantine sans frontières ! Samedi 27 mai – repas oriental

Nous sommes quelques personnes avec ou sans papiers qui organisons depuis plus d’un an des repas de soutien à Alès et dans ces environs.

Ces cantines sont un moyen pour celles et ceux qui ne peuvent légalement travailler d’obtenir un peu d’argent. Être dans l’attente d’un titre de séjour plonge les individus dans des situations de grande précarité ou d’assistance qui ne sont pas acceptables à nos yeux.

Nous souhaitons aujourd’hui partager cette expérience avec d’autres personnes et organiser de manière régulière ces cantines sur une base de solidarité et d’entraide. Elles se veulent aussi des moments d’échanges.

Apporter son soutien à ce projet consiste à venir partager un repas — l’argent récolté est intégralement reversé aux personnes concernées — ou a proposer son aide pour l’organisation de celles-ci.

Les cantines ont lieu le dernier samedi de chaque mois dans le local de la Rétive à Alès (42 rue du Faubourg d’Auvergne), les repas seront à prix libre afin que chacun puisse participer selon ses moyens.

N’hésitez pas à venir nous rencontrer et à en parler autour de vous !

Prochaine cantine : Samedi 27 mai à 12h, au menu : repas oriental.
A la Rétive, 42 rue du Fbg d’Auvergne à Alès

Contact : cevennessansfrontieres@riseup.net

Posted in General | Leave a comment

Sur la situation engendrée par les politiques migratoires aux portes de l’Europe

La politique migratoire menée depuis des années en Europe ne cesse de se durcir et entraîne de nombreux bouleversements se répercutant aussi bien à l’intérieur qu’au delà de ses frontières. La sécurisation des axes de passages, les conditions d’accès au séjour de plus en plus restrictives et les accords de marchandisation conclus entre états, en plus de s’opposer aux libertés fondamentales d’installation et de circulation, maintiennent dans la souffrance et la violence des milliers de personnes coincées entre les pays qu’elles tentent de fuir et les barrières de l’Europe.

Verrouillage des frontières et des routes migratoires

Au début des années 2000, le gouvernement espagnol stoppe l’immigration subsaharienne et ferme l’accès aux enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila en déployant les premiers grillages autour de celles-ci. Dès lors, et en fonction du moment et de leurs intérêts, les autorités n’ont eu de cesse de bloquer et sécuriser intensivement leurs frontières, que ce soit en construisant des murs, ou en exerçant des contrôles terrestres, aériens ou maritimes. Le 28 avril 2017, la seconde clôture entre la Hongrie et la Serbie vient d’être terminée. D’une longueur de 155 kilomètres pour 3 mètres de hauteur, elle complète l’arsenal déployé sur la route des Balkans déjà fermée depuis un an. Deux jours auparavant, la Turquie annonçait la fin de la première étape de la construction d’une fortification prévue sur l’ensemble des 900 kilomètres de frontière commune avec la Syrie pour une longueur déjà effective de 550 kilomètres.

Les routes migratoires évoluent en fonction des différents obstacles et les exilés doivent continuellement s’adapter pour parvenir à leur destination. Les trajets deviennent plus longs et plus dangereux, la dépendance face aux passeurs s’accentue et les tarifs augmentent tout comme le nombre de morts1. Cette politique de fermeture n’a fait que déplacer les passages d’un endroit à l’autre et fragmenter les différents points d’accès. Les pressions exercées par l’Union européenne sur les pays limitrophes à ses frontières permettent à celle-ci de se dégager de sa responsabilité, mais les conséquences sont aussi multiples que dramatiques.

Bloqués entre les frontières

Du fait de la sécurisation exercée sur chaque axe, les populations en exil rencontrent de nombreuses difficultés pour atteindre la destination de leur choix. Les trajets sont longs et peuvent durer des années, et parfois, s’arrêtent là où il est impossible d’aller plus loin. Les populations se retrouvent temporairement voire définitivement bloquées à différentes étapes de leur parcours, et du fait de leur vulnérabilité liée à leur clandestinité, deviennent des proies faciles. Elles doivent faire face aux forces de police, autorités locales, exploiteurs privés (passeurs, mafias, chefs de groupes, patrons, marchands de sommeil, proxénètes…), populations potentiellement hostiles2 voire xénophobes, groupes para-militaires3… Agressions, humiliations, rackets, viols soumettent ces populations à une tension constante. De multiples témoignages attestent de la difficulté de ces périples4.

Une des principales difficultés est liée aux ressources financières, surtout pour les personnes n’ayant pas ou plus de contacts avec leur famille ou leurs proches. Certaines perdent tout leur argent sur la route alors que les passages coûtent cher. Obtenir les nécessités de base tel le logement, la nourriture, le transport, le crédit téléphonique ou quelques habits chauds est extrêmement compliqué voire impossible, nombreuses sont les personnes qui dorment alors à la rue ou dans des abris de fortune. Le recours au travail clandestin dans des conditions d’exploitation maximale ou aux réseaux de prostitution devient alors la seule issue5.

Les réfugiés peuvent se retrouver coincés dans des camps humanitaires ou des zones de transit fermées dont les formes et les conditions varient. L’accès au soin, à l’hygiène et à l’éducation sont là aussi un problème constant. De nombreux témoignages d’individus, d’associations ou d’organismes décrivent les conditions dans les campements et ce qu’endurent les réfugiés y survivant6. Des personnes vulnérables – liées aux conditions de santé mentale ou physique engendrées par les conflits ou tortures qu’elles ont pu subir en fuyant leur pays ou par les circonstances anxiogènes que créé l’attente et l’impossibilité de se projeter dans un avenir proche – ne sont pas prises en considération et en conséquence demeurent très souvent livrées à elles même. Les séjours y sont parfois longs, et la menace d’un retour forcé est toujours présente. De nombreux cas de suicide ou d’automutilation sont constatés7.

Des protestations et révoltes peuvent éclater, mais celles-ci restent souvent isolées et se heurtent à des rapports de force défavorables. Certaines personnes tentent face à ces situations l’ultime recours des grèves de la faim. Douze jeunes demandeurs d’asile retenus sur l’île de Lesvos voyant leur demande rejetée ont cessé de s’alimenter depuis le 21 avril 2017. Ils dénoncent les conditions indignes, les délais très long dans les procédures (dix mois environ pour ceux-ci) et revendiquent leur droit à aller sur le continent et à obtenir des papiers. Ils sont actuellement enfermés dans une zone où sont maintenus les prisonniers avant leur déportation. Originaires du Kurdistan syrien pour onze d’entre eux, tout retour en Turquie entraînerait persécutions et répressions. On se souvient également de la grève de la faim des neuf Iraniens à Calais durant une quinzaine de jours, ou celle de Mohammed A. resté en grève pendant plus d’un mois pour échapper à son expulsion en Turquie depuis la Grèce en janvier 2017.

Réfugiés Syriens en grève de la faim sur l'île de Lesvos

Politique de dissuasion

En plus des conditions de précarisation extrêmes dans lesquelles sont maintenus les exilés, les états exercent une politique délibérée de dissuasion afin de les décourager, de les inciter au retour dans leur pays et d’éviter qu’ils restent trop longtemps au même endroit et puissent s’organiser. Cette politique prend la forme de déplacements à l’intérieur des pays, de destruction des biens et des habitations, de refoulements à la frontière, et de violences physiques et morales quotidiennes.

Depuis près d’un an, l’Italie affrète quotidiennement des bus partant de Vintimille à destination du sud du pays (à Tarente, ou en Sardaigne notamment). De là, les déportés sont enfermés le temps nécessaire pour prélever leurs empreintes, avec usage fréquent de la force et de la torture, comme en attestent de nombreux rapports émanant d’organisations officielles8. Depuis la fin du mois de novembre 2016, les rafles et déportations s’intensifient également au Maghreb9. En Algérie les refoulements se font vers le sud saharien, aux frontières avec le Niger et le Mali. Elles se déroulent dans des conditions inhumaines, les personnes étant laissées sans le minimum pour leur survie (nourriture, eau…). Au Maroc, les déportations se font en direction de la frontière avec l’Algérie (région d’Oujda) et vers le sud et l’intérieur du pays. Les personnes y sont souvent enfermées dans des camps ou des commissariats, parfois laissées en plein désert, et de très nombreux cas de violences et tortures sont dénoncées.

Le refoulement arbitraire ou méthode appelée push-back consiste à repousser les personnes interceptées en mer ou vers les zones frontalières alors qu’elles devraient être prises en charge dans le pays où elles viennent de poser le pied. Ce procédé pourtant illégal est utilisé à chaque frontière. Lors de l’assaut massif de l’enclave espagnole de Ceuta le 31 décembre 2016, sur les mille personnes ayant franchi la double-enceinte barbelée, seules deux ont pu rester sur le territoire, toutes les autres ont été renvoyées au Maroc.

Les campements de fortune ou logements squattés sont régulièrement expulsés par les forces de police. Les quelques affaires personnelles, couvertures ou tentes et papiers sont délibérément détruits lors de ces attaques violentes. En février 2017, les campements de Torbalı and Bayındır situés dans la région rurale d’Izmir ont été détruits par la gendarmerie turque10. Les réfugiés de nationalité syrienne y travaillant comme saisonniers agricoles – pour les plus bas salaires et les plus longues durées – quand ils sont payés. En les chassant, les autorités savent qu’ils ne pourront pas garder leur emploi et donc leur seule source de revenus. A Lesvos le 28 avril 2017, un des squats de l’île est encore évacué, les personnes présentes à l’intérieur passent la nuit au commissariat et sont présentées devant la justice.

Enfermement généralisé

Les états planifient des déportations et des déplacements de population en masse, et pour cela, les réponses de type coercitives sont privilégiées. En Hongrie, l’enfermement est devenu systématique depuis le 28 mars 2017 pour tous les demandeurs d’asile. Il s’effectue ainsi dans des zones de transit situées à proximité de la frontière serbe dans des conteneurs placés entre deux lignes de barbelés11. La Bulgarie, depuis le 1er janvier 2016 autorise la détention des demandeurs d’asile, et suite aux révoltes dans le centre de Harmanlı en août et novembre 2016, deux nouveaux centres fermés ont été créés. Fin 2016, l’Italie a annoncé la ré-ouverture ou l’agrandissement de plusieurs Centres d’Identification et d’Expulsion (CIE) qui n’étaient plus opérants et la création d’ici cet été de quatorze nouveaux centres dont l’appellation sera dorénavant Centres de permanence pour le rapatriement (CPR) pour une capacité de 1600 places.

Dans le cadre des accords signés avec la Turquie le 18 mars 2016 et afin d’accroître la capacité de détention et d’accélérer les déportations prévues, la Grèce construit de nouveaux centres d’enfermement et de déportation12. L’un d’entre eux à ouvert à Kos le 30 mars 2017 et d’autres sont prévus dans chacune des îles de la mer Égée. Cet accord dont les états européens se félicitent de l’efficacité permet de mettre en place un système d’enfermement grandeur nature : les îles grecques se transforment en prisons à ciel ouvert pour près de 15 000 personnes en attendant leur retour en Turquie. Cet accord ainsi que les décrets de police de juin 2016 et les plans de mise en application de décembre 2016 élargissent les possibilités de détention des réfugiés grâce à des critères aussi larges qu’arbitraires13.

Les personnes expulsées depuis la Grèce, après avoir été maintenues dans un camp puis en zone d’attente sont à leur arrivée en Turquie encore une fois enfermées, conduisant au final à des périodes longues de détention14. La Turquie quant à elle posséderait au moins une vingtaine de centres de rétention, et les personnes réadmises depuis les îles grecques seraient essentiellement enfermées dans un centre à Dıkılı pour des durées variant de quelques semaines à six mois. Le contact avec les détenus y est quasiment impossible : les avocats n’ont pas d’accès, les téléphones sont confisqués et les visites de proches amis ou familles ne sont pas permises. Le seul moyen de contact reste des cabines téléphoniques payantes qui demeurent inaccessibles sans argent. Les témoignages recueillis font également état de nourriture avariée, de cellules surpeuplées, de l’impossibilité d’avoir des cigarettes et de nombreux abus policier.

Dans la plupart des pays, l’enfermement est le moyen privilégié pour maintenir les réfugiés sous contrôle. Les possibilités de recours, d’être assisté par un interprète ou un soutien indépendant sont évidemment plus difficiles – si ce n’est impossible – à obtenir en situation d’isolement ou d’enfermement. La détention s’effectue arbitrairement sous diverses formes et dans divers lieux, souvent hors des cadres juridiques et des protections internationales : commissariats, centres de détention, centres fermés, camps, ou zones de transit… De nombreux actes conduisent également à la détention : entrer illégalement dans un territoire où s’opposer à son expulsion peuvent être punis pénalement lors de procès expéditifs. Suite aux tentatives de passage à Ceuta fin février 2017, plus d’une centaine de personnes ont été condamnées pour des durées allant de trois à six mois d’enfermement15. Ahmed H. pour avoir tenté d’entrer sur le territoire hongrois lors d’un rassemblement au poste frontière s’est vu inculpé en novembre 2016 d’une peine de dix années d’enfermement16.

Verrouillage juridique

Parallèlement à l’enfermement, les réglementations évoluent au sein de chaque pays et s’alignent sur la politique globale dictée par l’Union européenne créant ainsi un véritable mur juridique17. La Grèce a par exemple modifié son droit d’asile pour le conformer avec l’accord UE / Turquie. La récente législation impose pour toutes les personnes arrivées depuis le 20 mars 2016 une procédure spécifique nommée fast-track border procedure applicable dans les centres de réception et d’identification situés sur les îles Grecques. Celle-ci impose pour les personnes qui recherchent une protection internationale leur enregistrement et un traitement express en moins de 14 jours, basé non sur le fond, mais sur l’évaluation du critère de recevabilité. Les demandeurs sont examinés individuellement pour évaluer si un pays de transit précédent – dans le cas des personnes arrivant dans les îles de la mer Égée, cela signifie la Turquie – peut être considéré comme un pays tiers sûr, et donc procéder à un renvoi.

L’Italie, redevenue le principal pays d’entrée européen, adopte en force un décret le 28 mars 2017 qui remet profondément en cause les possibilités d’obtenir l’asile18. Il prévoit en autre pour les personnes ayant transité où venant de pays considérés comme sûrs (par exemple la Turquie) de voir leur demande simplement rejetée ou traitée en procédure accélérée, des contrôles accrus pour les personnes ayant obtenu le statut de réfugié, et des limitations dans les possibilités de défense et de recours. De surcroît, un travail non-rémunéré dans les collectivités ou entreprises sera rendu obligatoire pour les demandeurs d’asile.

La majorité des pays imposent toujours plus de contraintes et réduisent les possibilités de faire valoir les droits des réfugiés. Les accords de réadmission sont également de plus en plus fréquents, et sont couramment passés avec des pays en guerre. La Turquie qui, il y a un an encore, accueillait des milliers de réfugiés ferme dorénavant ses portes et conclut de nombreux accords de réadmission avec des pays tels le Pakistan, le Nigeria ou la Syrie, et en négocie actuellement avec l’Iran, la Somalie et l’Afghanistan19. La Libye quant à elle renvoi au Niger et au Mali.

Des répercutions au delà de l’Europe

L’Union européenne met en place depuis une quinzaine d’années une politique d’externalisation de la question migratoire20. Elle entend ainsi refouler les populations aux limites de ses frontières21 – au plus près des départs – en contraignant les pays tiers à prendre en charge eux mêmes le traitement des processus de protection et d’asile et à assurer la sécurisation de leurs frontières. Des accords entre états sont conclus sur la base de négociations, les réfugiés servant de monnaie d’échange et de moyen de pression. Les répercutions sur les pays limitrophes sont, on l’a vu, d’ordre matériel (contrôles, refoulements, militarisation), législatif (durcissement des voies d’accès légales), et humanitaire par une détérioration dévastatrice des conditions d’accueil pour les populations. Tel un jeu de domino, la volonté de l’Europe se propage de pays en pays et exacerbe les tensions déjà existantes, de nombreux états devenant ainsi les gendarmes de l’Europe.

La fermeture des accès à l’Europe par le nord du Maroc a été suivie en 2015 de la militarisation de la frontière entre le Maroc et l’Algérie avec la construction sur 450 km d’une clôture côté marocain, d’un fossé côté algérien, et de nombreux postes de surveillance situées aux abords des villages. Là où il était par exemple encore possible jusqu’en janvier 2015 d’entrer en Algérie sans visa pour les ressortissants syriens, la clandestinité devient la règle et renforce encore leur vulnérabilité. Le 18 avril 2017, une cinquantaine de réfugiés fuyant la Syrie se retrouvent bloqués près de la ville frontalière de Figuig22 au Maroc, sans ressources, dans une zone désertique. Au sein du groupe se trouvent de nombreux enfants et notamment deux femmes enceintes dont l’une d’elle a accouché en plein désert sans aucun soutien, les autorités marocaines et algériennes se renvoyant la responsabilité.

Avec la fermeture de la route des Balkans, et l’accord UE-Turquie, la situation s’est encore dégradée : des milliers de personnes sont bloquées en Serbie (7000 personnes), en Grèce (60000 personnes) et maintenant en Turquie (qui accueille plus 3 millions de réfugiés), engendrant des conditions catastrophiques pour celles-ci. Des populations entières en Syrie se retrouvent de fait dans l’impossibilité de fuir les conflits. La fermeture avec la Turquie a commencé il y a environ deux ans, tout comme celle avec la Jordanie. Le Liban n’offre quant à lui guère de perspectives : sa population intègre déjà plus d’un million de réfugiés syriens (sur 6 millions d’habitants) et ceux-ci risquent la détention, l’arrestation et sont soumis à des restrictions de mouvement du fait des nombreux postes de contrôles. Des milliers de personnes sont donc contraintes à rester dans une zone de guerre en Syrie soumise à de violents affrontements.

La voie principale d’accès à l’Europe est alors la Libye, mais le chaos régnant dans le pays depuis 2011 fait que les conditions y sont aussi incertaines que dangereuses (enfermements arbitraires, travaux forcés, violence physiques, non accès aux soins, déportations,…)23. C’est pourtant ce pays qui était l’objet de toutes les attentions lors du sommet de Malte en février dernier. La commission européenne prévoit d’ailleurs une collaboration a hauteur de 200 millions d’euros avec ce pays. Dans le catalogue de mesures requises figurent le renforcement de la formation des garde-côtes libyens et la fourniture de matériel plus performant ; l’installation de camps de réfugiés avec la participation de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ; le financement de retours volontaires dans les pays de départ ; le contrôle des frontières du sud de la Libye.

Pour conclure

Face à ce qu’elle appelle crise migratoire, l’Union européenne dans sa communication annonçait vouloir relocaliser depuis les hotspots situés en Grèce et en Italie 160 000 personnes, elle en est actuellement à 0,8 % de ces prévisions24. Quand bien même elle respecterait ses propres annonces, les conséquences seraient tout autant calamiteuses. Car ce sont les fondements mêmes de sa politique qui sont désastreux. Les chiffres annonçant les personnes accueillies même s’ils étaient plus glorieux ne changeraient pas les logiques et les politiques mises en place. Il est facile de recevoir 90 % des personnes demandant un droit d’asile sur son sol, quand l’immense majorité des réfugiés reste bloquée à l’extérieur des frontières. La notion même d’asile où de protection est à questionner lorsque des personnes fuyant les conflits peuvent être amenées à demander l’asile dans leur propres pays ou dans d’autres où les conditions qu’elles rencontrent ne seront guère plus enviables. Alors que certains trouvent refuge en Europe, combien restent sur le carreau ? Il n’y aurait pas de place pour tout le monde, c’est la leçon que l’on nous enseigne. Au delà de cette injustice, ce ne sont pas les règles mais bien le jeu qui nous questionne, celui qui dicte de prendre les richesses, mais pas la misère.

Le traitement de la question migratoire appliqué par l’Union européenne et ses états membres n’est pas une donnée unique et n’est pas de sa responsabilité unique. Chaque état de par le monde défend son territoire et ses propres intérêts, il n’y a pas d’humanisme à chercher, mais des réalités économiques et politiques à comprendre et à combattre. Les déstabilisations, guerres et conflits, liées à l’exploitation capitaliste et aux clivages politiques totalitaires s’exacerbent dans chaque partie du monde. Les tensions sont grandes et la situation semble pouvoir exploser à tout moment. Les conséquences directes sont maintenant visibles à notre porte. L’Europe se renferme face à ce qu’elle définit comme une menace et elle continuera de le faire dans le futur25. A l’intérieur du territoire, où l’on vise le maintien d’une sécurité et la continuité du fonctionnement d’un ordre établi, nous voyons apparaître la montée des violences, des protectionnismes et des fascismes qui découlent de cette politique. Nous comprenons ainsi l’importance de s’opposer à toutes les fermetures, où qu’elles soient.

1 Fin avril, plus de 1000 morts étaient recensés en Méditerranée depuis le début de l’année, dont 150 enfants.

2 Un camp de réfugiés Syrien a été attaqué près d’Izmir en Turquie après que le voisinage ait fait circulé la rumeur que ceux-ci auraient battu un enfant. Des couteaux et bâtons ont été utilisés pendant l’attaque, une trentaine de personne ont été blessées dont une sévèrement. Environ 500 personnes ont été forcées de quitter le camp après l’attaque.

3 Le recrutement de milices désignées comme « chasseurs frontaliers » est plébiscité par le chef du gouvernement Viktor Orban. Celles-ci patrouillent désormais armes à la main le long des clôtures. Des groupes para-militaires armés et cagoulés patrouillent également en Libye notamment au bord des côtes Méditerranéennes.

4 Lire les récits : « Partir et raconter » de Mahmoud Traoré et Bruno Le Dantec, Editions Lignes, et « Réfugié » de Emmanuel Mbolela, Editions Libertalia.

5 La situation en Libye est à ce titre dramatique, les personnes se retrouvent confrontés à des groupes armés ou des réseaux organisés. Elles peuvent être confrontées au travail forcé (l’existence de marchés d’esclave a été rapportée par l’Organisation internationale des migrations), ou au viol. Voir par exemple l’article : http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/migration/marche_esclaves.htm

6 Le site : http://bordermonitoring.eu/ recense notamment de nombreux témoignages sur les conditions dans les Balkans et en Grèce. Le site : https://medium.com/@AreYouSyrious relaie des informations quotidiennes provenant de nombreux pays.

7 Rien qu’en janvier 2017, douze tentatives de suicide et de six cas d’automutilation sur l’île de Samos en Grèce. Lire notamment le rapport de Médecins sans frontières sur les suites de l’accord Ue/Turquie et les conditions subies par les réfugiés dans les îles Grecques.

8 https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2016/11/italy-beatings-and-unlawful-expulsions-amid-eu-push-to-get-tough-on-refugees-and-migrants/

9 Des rafles massives peuvent être menées par les forces de police, traquant les personnes dans les rues, les campements ou appartements. Ce fut par exemple le cas en décembre 2016 ou environ 1400 subsahariens ont été arrêtés, retenus dans un camp improvisé à Zeralda (banlieue d’Alger), avant d’être reconduits à Tamanrasset, ville située au sud du pays, puis à Agadez au Niger. Parmi les personnes raflées, certaines étaient en possession de titre de séjour régulier. Lire l’article suivant sur les récentes rafles et déportations : https://alarmphone.org/fr/2017/04/23/migrant-e-s-subsaharien-ne-s-au-maroc-algerie-rafles-eloignements-arrestations/?post_type_release_type=post

13 Sur les conséquences de l’accord UE/Turquie, voir notamment le rapport d’Amnesty International publié cette année.

17 Sur les récentes modifications des conditions d’asiles dans les principaux pays Européens, voir le rapport : http://s3.amazonaws.com/ecre/wp-content/uploads/2016/03/31105450/AIDA_2016Update_CountryOverviews-4.pdf 

21 Le règlement Dublin III permet ainsi de renvoyer les demandeurs d’asile au plus près dans le premier pays d’entrée en Europe et sa nouvelle mouture prévoit de surcroît un traitement directement dans les pays de passage hors-Europe (Turquie, Libye, Tunisie, Niger…). Les centres de tri appelés « hotspot » et situés près de point d’accès côtiers au sud de l’Italie et dans les îles grecques de la mer Égée permettent de bloquer et trier les exilés avant même qu’ils ne puissent poser un pied sur le continent.

23 Selon le ministère français des affaires étrangères, il est : « formellement déconseillé aux ressortissants français de s’y rendre. Le terrorisme, les combats disséminés dans le pays, l’insuffisant déploiement des forces de sécurité gouvernementales, la prolifération des armes et la présence de différents groupes armés imposent la plus grande prudence et une vigilance permanente, notamment lors des déplacements, lesquels sont formellement déconseillés ». 

Voir notamment : https://cevennessansfrontieres.noblogs.org/post/2017/03/03/une-politique-de-la-mort-migrations-la-mediterranee-et-leurope/

25 Lire à ce sujet l’article « Une sensation étouffement, de la militarisation de frontières à la sécurisation des sociétés » paru dans la revue Nunatak : https://revuenunatak.noblogs.org/post/2017/03/10/parution-de-nunatak-n1-hiverprintemps-2017/

Posted in General | Tagged , , , | Leave a comment